Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Politique & économie > Face au 49-3, les manifestants exigent la destitution du gouvernement (...)

Face au 49-3, les manifestants exigent la destitution du gouvernement PS-Medef

Crédit Photo : Nuit Debout Toulouse

Paris : Quand le gouvernement ne tient qu’à un fil, la rue décide !

Réactivité du mouvement social

Alors que la manifestation nationale des cheminots du mardi 10 mai, rassemblant plusieurs milliers de personnes, venaient de s’élancer en direction des invalides, la nouvelle tombe : le gouvernement décide suite à la suspension de séance à l’Assemblée Nationale la tenue d’un conseil des ministres extraordinaires.

Alors que l’issue prévisible n’est pas encore confirmé, les textos pleuvent, rendez vous à Assemblée nationale. Face à cette violence antidémocratique du gouvernement qui se conjugue à toutes les violences policières reçues depuis deux mois de mobilisations, nous sommes des milliers de personnes à avoir répondu à cet appel spontané. Cette réaction découle de la colère d’étudiant-e-s, lycéen-ne-s, précaires et de salarié-e-s qui ont fait l’expérience de la démocratie réelle en assemblée générale sur leur lieux d’études, de travail et évidemment place de la république.

Policier retournez vous, les voyous sont derrières vous !

Parti à quelque centaine des tuileries vers 18h le cortège se dirige plein de détermination sur le pont faisant face à l’assemblée nationale. Après avoir traversé la place concorde au pas de charge, nous tombons nez à nez avec les crs qui défendent l’assemblée nationale. Durant 3h les manifestants crient leur colère à la face de ce pouvoir qui est décidément prêt à tour pour plaire au MEDEF. Des demain tenons nous prêt à renouveler l’expérience, car c’est bien la grève, la rue et l’action qui aura la peau de ce gouvernement, sa loi travail et de son monde !

Montpellier

Ce mardi, le premier ministre, Manuel Valls, a recouru au 49-3 afin que le projet de loi travail puisse être adopté sans vote. A Montpellier, environ 300 personnes manifestent leur désapprobation. La manifestation partie de la place de la Comédie emprunte actuellement le boulevard du Jeu de Paume. On retrouve dans le cortège des militants de Nuit de debout, de la CGT, du NPA…

Orléans

Mardi 3 Mai dernier on a fait une grande soirée de convergence des luttes à Orléans entre NuitDebout, les intermittent-e-s et précaires, Ruffin qui venait présenter « Merci Patron », et quelques syndicalistes et travaillleur-e-s du privée.

La NuitDebout s’était installée sur la place à côté du cinéma qui accueillait Ruffin pour le film. A la sortie de la séance (il y avait quelques 300 personnes dans la salle) on est allé devant le ciné avec quelques potes musiciens pour accueillir les spectateurs et Ruffin en Fanfare. On a joué « Merci Patron » des Charlots en boucle, repris en choeur quelques centaines de personnes !!
Ensuite des comédiens qui avaient un masque de Gattaz et de Hollande ont mimé une scène de mariage, on les a accompagné en procession jusqu’à la place de Nuit Debout avec les 300 personnes derrière...
Arrivés sur la place on a chanté tous ensemble quelques chants révolutionnaires : « sans la nommer », « le chant des Partisans », « Bella Ciao », l’« Hymne des femmes », etc... C’était vraiment chouette, il était 11 heures du soir sur une place habituellement morte à cette heure-ci et on était là, environ 300 avec Ruffin, à chanter et jouer « Révolution permanente » (entre autres) tout en bloquant le tram...
Après ce petit moment festif on lancé l’AG. Et on a réussi (parfois les AG de nuit Debout sont très désordonnées...) à faire parler d’abord Ruffin qui a fait une bonne interv’ en disant qu’il ne fallait pas rejeter les syndicalistes qui venaient à Nuit Debout car on avait besoin d’eux. Puis ont pris la parole, moi-même comme représentant des intermittent-e-s et précaires, une travailleuse de la maternité de Pithiviers en grève (pour préserver le service qui doit fermer), un syndicaliste de Sud éduc’, une représentante de RESF qui venait parler de la condition des mineur-e-s isolé-e-s, un syndicaliste CGT... etc... Bref, c’était très riche et très intéressant. Est sorti de là une nouvelle NuitDebout « spéciale » Jeudi soir prochain en partenariat avec « On bloque tout » pour imaginer des liens entre syndicats et NuitDeboutistes...

Aujourd’hui 10 Mars, dans l’après-midi, nous avons appris à Orléans le coup de force de Valls avec le 49.3. Instantanément nous nous sommes organisés grâce aux réseaux sociaux et aux sms pour faire un rassemblement devant la préfecture à 18h... Il y avait environ une centaine de personnes, comme la préfecture était bouclée par les flics nous avons décidé de partir en manif’ sauvage jusqu’au local de la députée PS Valérie Corre aux cris de « El Khomri, ta Loi on en veut pas ! »... Les flics nous ont laissé arrivés jusque là-bas. Puis nous avons demandé à être reçu, bien sûr pas de réponse.
On continue la lutte à Orléans avec Jeudi matin une intersyndicale et NuitDebout qui appellent à une opération de blocage des axes routiers...

Toulouse

Suite à l’annonce du gouvernement d’utiliser le 49.3 pour faire passer en force la loi travail mardi après-midi, les secteurs militants contre le projet de loi se sont mobilisés de façon importante à Toulouse.

En quelques heures, la CGT, Solidaires, plusieurs organisations politiques (dont le NPA, le PG, Ensemble, le PCF), les réseaux militants autour de Nuit Debout, la coordination des intermittents et prėcaires, le DAL, les syndicats étudiants et les comités de mobilisation dans la jeunesse,... ont appelé à se rassembler au Capitole à 18h.

Dès 18h30, autour de L’AG quotidienne de Nuit Debout, plus de 1000 personnes discutaient de quoi faire. La cible était toute trouvée : cibler le gouvernement, exiger sa destitution ! C’est ainsi que vers 19h, le cortège a commencé à se former rue Alsace-Lorraine en direction de la permanence de Catherine Lemorton (députée PS). A ce moment, entre 2000 manifestants arpentaient le pavė extrêmement déterminés avec une tête de cortège animée. On pouvait entendre les slogans suivants : « Valls, Macron, démissions ! », « Dehors ce gouvernement », ou encore « Grève générale jusqu’au retrait total ».

Rapidement arrivé devant la permanence de Lemorton (métro Jeanne d’Arc), fermée et sous bonne garde policière, le cortège qui continuait à grossir s’est ensuite dirigé au local du Parti Socialiste où se tenait une réunion de la direction départementale du PS. Arrivé devant le local, les CRS en bloquaient l’accès et ont copieusement gazé et matraquė la tête de la manifestation. Des grenades de dėsencerclement ont également été utilisées. Bilan : 3 blessés parmi les manifestants.

Le cortège est ensuite retournė Place du Capitole où 500 personnes ont improvisé une AG. Vers 21h30, 300 personnes partaient en « manif sauvage ».

Cette première manifestation suite à l’annonce du 49.3 par le premier ministre Valls est encouragent pour toutes celles et tous ceux qui veulent gagner le retrait du projet de loi. Mais ce qui est également à l’ordre du jour, c’est la chute d’un gouvernement aux abois qui à force de faire la politique du MEDEF a perdu toute légitimité dans la jeunesse et chez les travailleurs.

Les prochaines étapes de la mobilisation : deux actions mercredi, la manifestation de jeudi 12 mai (11h30 Métro François Verdier) et les deux journées de grève interprofessionnelle des 17 et 19 mai prochains.

St Etienne

Entre 300 et 400 personnes ont manifesté hier soir. C’est beaucoup vu la rapidité de la réaction. Il y avait beaucoup de jeunes et une forte dynamoque. Mireille Carrot, de l’UD CGT, a déclaré : « On ne se faisait pas d’illusions mais on ne pensait pas que le gouvernement en arriverait là. Le recours au 49.3 est le summum du déni de démocratie. Dire que c’est un gouvernement qui se dit de gauche qui fait ça » (Le Progrès). Vers 19 h 30, les manifestants se sont dirigé vers la Bourse du travail. Des parcours de tramway ont été bloqués. Prochaines manifestations programmées jeudi 12 mai dès 11 h 30 à Roanne et à 16 heures à Saint-Étienne.

Angers

Une petite centaine de personnes s’est rassemblée en fin d’après-midi à Angers contre la loi travail et son passage en force par le 49-3.
Nuit debout d’Angers et Solidaires (séparément, et à des heures et des lieux décalés) en étaient à l’initiative mais des jeunes de l’UNEF, de l’UNL (toutes deux animées par des militants des JC) étaient également présents, ainsi que quelques CGT connus et une poignée d’adhérents du SNESUP. Petit défilé entre la place centrale et la préfecture (à 300m).

Lille

Ce mardi 11 mai :
- 17h30 : Action de blocage de supermarché 100 personnes pendant une heure dans le centre ville de Lille.
- 18h30 : La manif pour tous débarque sur la place de la république ou se rassemble Nuit Debout tous les soirs. Rassemblement d’une centaine de personnes puis convergence avec l’action précédente, face à la rangée de CRS mobilisée pour l’occasion, la manif pour tous renonce.
- 19h 30 : L’AG commence, qui dénonce le 49-3, discute de se mobiliser quotidiennement jusque jeudi. Appel à une AG de lutte après la manifestation du 12 à la fin de la manif, appel aux syndiqués et non syndiqués.
- 20h 30 : L’AG décide d’aller soutenir la lutte des intermittents au Théâtre du Nord (centre dramatique national ou se joue une piece sur la révolution française), distribution de l’appel à l’après manif de jeudi. Retour à la place de la République et à l’AG en manif. Slogans « le 49-3 on en veut pas », « Retrait retrait de la loi travail », « la vraie démocratie elle est ici ».

Donc soirée animée, plusieurs petites manifs, bien coordonnées le lien entre les différents collectifs de lutte se fait dans l’action, quelques centaines de personnes ce soir dans les différentes actions.

Grenoble

Une grosse manifestation : environ 2500 personnes, à l’appel de l’AG Nuit debout. Beaucoup de jeunes, et une présence de Solidaires, Cnt, Cgt avec drapeaux, NPA, divers FDG… Dispersion assez violente à coup de lacrymo.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 22 juin 2019