Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Politique > Nouveau gouvernement, vieille politique antisociale… Arrêter les macronneries (...)

Nouveau gouvernement, vieille politique antisociale… Arrêter les macronneries !

Les premiers pas de Macron et d’Édouard Philippe montrent bien la contradiction du gouvernement et du projet du nouveau président : l’objectif d’un combat sans merci contre les salariéEs... qui pourrait bien se terminer par un échec complet.

Le soir du premier tour de la présidentielle, Philippe Poutou avait traumatisé les journalistes sur le plateau en disant que Macron avait « récupéré tous les tocards de la politique ». Force est de constater que ce n’était pas excessif ! Édouard Philippe, le Premier ministre, est un ancien d’Areva, passé dans les hautes sphères des Républicains, un traître en puissance qui n’a pas voté les lois sur l’égalité entre femmes et hommes en 2014 et le Mariage pour tous... donnant vie en tant qu’écrivain à un personnage de roman ultra-macho.

Aux droitiers du PS (comme Collomb, Le Drian, Ferrand et Castaner) s’ajoutent les membres du Modem (Bayrou, de Sarnez, Goulard) et du PRG, sans envergure, ainsi que les arrivistes de LR.

Les ministres issus de la « société civile » donnent un aperçu de la politique à venir. Le ministre de l’Éducation nationale, Blanquer, est ancien directeur d’une école de commerce et ancien directeur général de l’enseignement scolaire sous Sarkozy. Pénicaud, la ministre du Travail, a été dans les directions de Danone, Dassault, Orange et à la SNCF. Marlène Schiappa, secrétaire d’État aux droits des femmes, a écrit un livre culpabilisant et moquant les femmes « rondes ». Enfin, la palme revient à Hulot qui, ces dernières années, aura refusé d’être de tous les gouvernements... sauf de celui qui apparaît comme le plus éloigné de la défense de l’environnement !

Un gouvernement de combat...

L’objectif d’un tel gouvernement ne peut être que d’attaquer sans répit les moyens de vivre, les droits des classes populaires.

Au premier plan, il y a la volonté d’attaquer encore plus le Code du travail. Pour cela, il souhaite casser plus encore la hiérarchie des normes, étendre les référendum (y compris à l’initiative des patrons) pour faire valider par les salariéEs des accords refusés par une majorité d’organisation syndicales, plafonner les indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif, fusionner les institutions représentatives du personnel...

Puis il y a la casse de la Sécu, Macron souhaitant supprimer les cotisations salariales, et des retraites. L’objectif, ce sont la retraite à point et la fin des régimes spéciaux, l’alignement vers le bas dans un régime unique public/privé. Dans l’éducation, le gouvernement prétend vouloir diminuer le nombre d’élèves par classe en CP et CE1... tout en réduisant le nombre de fonctionnaires de 120 000 ! Le résultat sera une gestion de la pénurie qui passera par une inégalité accrue entre les enseignantEs et entre les élèves.

Toutes ces attaques sont programmées pour passer très vite, Macron ayant prévu de gouverner par ordonnances, c’est-à-dire sans décision de l’Assemblée nationale.

... déjà instable

Mais ces mesures ne seront pas si faciles à faire accepter. Les mobilisations à GM&S, à la Seita de Riom, chez Tati, les manifestations prévues par le Front social le 19 juin et par certains secteurs de la CGT le 22 juin montrent qu’il n’y a pas d’état de grâce pour ce gouvernement.

La direction de la CFDT a prévu, comme elle nous y a habitueś ces dernières années, de soutenir le gouvernement. Aussi reçues par Macron, et même si elles sont pour l’instant dans une illusoire démarche de « dialogue social », on sent bien que les directions de la CGT, de la FSU ou de l’Unef sont déjà contraintes d’exprimer leur défiance.

Macron possède une partie des caractéristiques du « bonapartisme » : alors que les partis classiques de la classe dominante sont en crise profonde, un individu est sorti d’un chapeau par la bourgeoisie et tente de se situer au-dessus d’eux. Les institutions de la 5e République sont taillées pour lui donner un pouvoir exorbitant en quelques semaines, cela étant renforcé par l’état d’urgence.

Mais le gouvernement est en équilibre fragile : la majorité parlementaire n’est pas acquise, le soutien au programme de Macron est très minoritaire dans la population, le FN risque de peser de la pire façon dans les débat politiques, les « tocards » du Conseil des ministres multiplieront inévitablement les bourdes dans les prochains mois... et touTEs celles et ceux qui se sont opposés au gouvernement Hollande exprimeront tôt ou tard leur rejet de la politique de Macron.

La mobilisation unitaire est un devoir

La politique gouvernementale ne peut qu’aggraver la situation sociale de millions de personnes, accroître les politiques antisociales. Le poids actuel du FN nous met devant une alternative redoutable : soit le mouvement ouvrier sera capable de construire la riposte, soit l’extrême droite raflera les effets de la colère.

Nous n’avons pas d’autre choix que de construire les mobilisations contre ce gouvernement, le plus fortement et le plus vite possible. En veillant à ce que les mobilisations se construisent de façon large, majoritaire, car ce gouvernement n’hésitera pas à réprimer, encore plus que sous Sarkozy et Hollande. Notre rôle est donc de construire, de s’appuyer sur tout ce qui existe, pour œuvrer à une contre-offensive générale, unitaire, du mouvement ouvrier. L’histoire nous l’a appris, ce type d’unité ne peut exister que si les révolutionnaires mettent tout leur poids dans la bataille pour vaincre la passivité et les sectarismes. Malgré la période des législatives (et même en utilisant ces échéances dans les endroits où nous présentons des candidatEs), il faut multiplier les interpellations, les réunions unitaires, pour provoquer une mobilisation dès la sortie des élections législatives.

Antoine Larrache

SPIP 3.1.4 [23444] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mercredi 16 août 2017