Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Espagne > Catalogne : Résolution politique de la CUP-CC du 12 novembre (...)

Catalogne : Résolution politique de la CUP-CC du 12 novembre 2017

Ce document est d’une grande richesse, par l’autocritique qu’il contient, celle d’une trop grande adaptation des élu-e-s de la CUP dans les municipalités et au Parlament, durant les deux ans de la législature 2015-2017, au « processisme » institutionnel porté par Junts pel Sí, le manque de détermination de la CUP à construire par en bas les « souverainetés » nationales et sociales, les collectifs et « entités assembléistes » comme contre-pouvoir sur les lieux de travail, les quartiers populaires, les villages et villes de Catalogne pour rendre irréversible le processus constituant d’une République catalane sociale satisfaisant les besoins de base de la classe ouvrière et des classes populaires de Catalogne.

Il est rare qu’une organisation se livre ainsi publiquement à ce genre d’autocritique. D’autant que, comme chacun-e le sait, et comme le rappelle la résolution, les militant-e-s de la CUP, avec les CDR, n’ont certainement pas à rougir de leurs engagements pour « l’indépendantisme unilatéral », non négociable avec Madrid. Ils et elles ont été aux avant-postes des mobilisations de rue les 1er et 3 octobre contre la répression de l’Etat monarchiste bourgeois d’Espagne, en première ligne de la paralysie des voies routières et ferroviaires de toute la Catalogne le 8 novembre dernier.

Vous y verrez aussi l’analyse très concrète que fait la résolution des élections imposées du « 155 CE », le partage des militant-e-s de la CUP entre boycott d’élections truquées et, finalement, votée majoritairement le 12 novembre, à 64,05 %, dès le premier tour, sa décision de présenter une liste propre, concurremment à deux autres options : une « liste citoyenne du pays sans représentants politiques » (12,59 %) et une « liste de coalition la plus large possible » (21,72 %). Depuis, Poble Lliure, une composante fondatrice historique de la CUP, a décidé de se rallier à la liste de l’ERC, quand une autre composante, Procés Constituent, tout en appelant à voter pour la liste de la CUP, a décidé de ne pas mener campagne pour ne pas cautionner ce « scrutin Rajoy ».

Par ailleurs, et conformément aux statuts de la CUP, les élu-e-s sortant-e-s ayant effectué deux ans de mandat ne seront pas candidat-e-s sur les listes du 21 décembre. Et, pour aller jusqu’au bout de ce turn-over démocratique visant à empêcher que ne s’installe dans leur parti une bureaucratie de coopté-e-s s’éloignant des préoccupations de la base militante, le secrétariat national vient d’annoncer, la semaine dernière, sa démission collective et la convocation pour le printemps 2018 d’une assemblée nationale ordinaire qui élira un nouveau secrétariat. D’ici là, le secrétariat démissionnaire gérera les affaires courantes, dont la campagne électorale du 21 décembre.
Pierre Rousset NPA

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le jeudi 19 avril 2018