Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Luttes des femmes > Philippe Poutou appelle à la reconstruction d’un mouvement féministe pour (...)

Philippe Poutou appelle à la reconstruction d’un mouvement féministe pour aller plus loin que #MeToo et “affronter le patriarcat”

Crédit Photo : AFP

Par Amandine Réaux, publié par Le Lab Europe 1.

Cet automne, des milliers de femmes ont pris la parole pour dénoncer les violences sexuelles et/ou le harcèlement dont elles ont été victimes. Il est devenu coutume d’interroger les hommes politiques sur ce mouvement. Et Philippe Poutou ne semble pas croire qu’un véritable changement de société viendra de la politique gouvernementale, mais d’une mobilisation citoyenne. Sur CNews, lundi 8 janvier, l’ex-candidat NPA à la présidentielle appelle à la reconstruction d’un mouvement féministe pour aller plus loin que #MeToo et « affronter le patriarcat » :

C’est plutôt satisfaisant, ce qu’il se passe aux États-Unis. Même les ouvrières Ford, d’ailleurs, aux États-Unis, libèrent leur parole et s’attaquent à des cadres ou à des chefs qui ont imposé, dans les années 90 notamment, des relations très dures et notamment des abus sexuels. Donc on ne peut que se satisfaire de la libération de la parole, mais ça doit pas s’arrêter là.

Il développe :

On a vu qu’en France, il y a eu quand même, pendant quelques semaines, pas mal de choses qui se sont passées, et puis là on a l’impression que ça se tasse un peu. C’est dangereux pour les femmes et pour l’égalité des droits pour toutes et tous. À un moment donné, la parole doit se suivre derrière d’une véritable mobilisation. Ça a été tenté à travers les #MeToo, il y a eu une mobilisation à Paris, qui était pas énorme, mais qui était quand même quelque chose qui pouvait montrer qu’à un moment donné, quelque chose pouvait se reconstruire dans la rue. Encore une fois, même si on est obsédé, nous on pense que c’est déterminant que la population, que les femmes prennent leurs affaires en main, qu’elles s’organisent et que le mouvement féministe se reconstruise.

On avait un mouvement féministe en France, dans les années 70, qui était assez costaud, qui a réussi à imposer des droits comme le droit à l’avortement. Mais on pense aujourd’hui que la lutte contre le harcèlement, contre les violences sexuelles, que ce soit au travail, dans les transports ou même dans le foyer, ça posera le problème de toute façon qu’il y ait un véritable mouvement féministe qui se reconstruise et qu’il y ait la solidarité, que ce soit large, que les hommes s’en mêlent. C’est aussi s’affronter à un pouvoir masculin, ce qu’on appelle le patriarcat : une société où c’est les hommes qui dominent, où c’est les hommes les mieux payés, c’est les hommes qui ont les meilleurs boulots. Donc de toute façon, ça veut dire une sacrée confrontation et nous on espère qu’à travers cette parole qui se libère, il y a quelque chose qui se mette en place et qui change le rapport de force.

Lors d’une émission de Mediapart, Édouard Philippe n’avait pas vraiment tenu un discours qui encourageait la libération de la parole, en insinuant que certains témoignages de femmes pourraient n’être pas tout à fait conformes à la réalité.

Voir en ligne : https://npa2009.org/actualite/polit...

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le jeudi 19 avril 2018