Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Anti-fascisme, contre le racisme, migrants et réfugiés > Assassinat de Mireille Knoll

Assassinat de Mireille Knoll

Mireille Knoll avait 85 ans. Elle était rescapée de la rafle du Vél’ d’Hiv en juillet 1942, handicapée, veuve d’un ancien déporté du camp d’Auschwitz. Elle a été assassinée dans son appartement parisien le 23 mars. Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour assassinat à caractère antisémite, qualificatif retenu par le juge d’instruction en charge du dossier. Le NPA s’associe à la douleur de la famille et des proches de la victime, ainsi qu’à l’indignation légitime suscitée par ce crime abject.

Le NPA tient à réaffirmer la nécessité de lutter implacablement contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, d’où qu’elles viennent. L’antisémitisme est une gangrène, un poison mortel qu’il est indispensable de combattre au quotidien, en ne cédant jamais le moindre pouce de terrain aux tenants de la haine des Juifs, mais en refusant toute tentative d’instrumentalisation ou de récupération politicienne.

Montreuil, le 28 mars 2018

P.-S.

Expulsion de Jean-Luc Mélenchon et de la FI de la « marche blanche » : la faute aux ignobles amalgames du CRIF

Jean-Luc Mélenchon et les autres députéEs de La France insoumise qui avaient décidé de participer à la « marche blanche », en hommage à Mireille Knoll et contre l’antisémitisme, ont été contraints, sous la pression et les injures, de quitter la marche.

S’il semble avéré que ce sont des membres de la LDJ qui ont organisé l’incident, le CRIF et son président Francis Kalifat portent une lourde part de responsabilité : à diverses reprises, Kalifat a en effet déclaré que Jean-Luc Mélenchon et la FI ne seraient « pas les bienvenus » dans la manifestation. Pour quelle raison ? Parce que « l’extrême gauche » entretiendrait « la haine d’Israël » et « la haine des Juifs ». Dans un odieux parallèle, le président du CRIF en conclut : « Ni France insoumise, ni Front national ».

Ces amalgames sont scandaleux à double titre : ils assimilent la légitime critique d’Israël à de l’antisémitisme ; ils tirent un trait d’égalité entre « extrême gauche » et « extrême droite », en d’autres termes entre des héritiers de la Résistance et des héritiers de la Collaboration.

Nous savons que le CRIF ne représente pas les Juifs de France. Le fils de Mireille Knoll a lui-même désavoué Francis Kalifat. Mais nous savons aussi que le CRIF n’a pas le monopole de ces amalgames : en juillet dernier, lors de la commémoration de la rafle du Vél’d’hiv, Emmanuel Macron déclarait ainsi que l’antisionisme était « la forme réinventée de l’antisémitisme ».

La nécessaire lutte contre le poison de l’antisémitisme ne saurait s’accommoder de tels amalgames, qui la desservent profondément. Elle ne saurait en outre être confisquée par des courants qui l’instrumentalisent pour la détourner vers un soutien à l’État d’Israël.

Le NPA condamne l’expulsion de Jean-Luc Mélenchon et de la FI de la « marche blanche », ainsi que les prises de position du CRIF et de son président, qui ont légitimé a priori cette expulsion.

Le NPA tient à réaffirmer la nécessité de lutter implacablement contre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, d’où qu’elles viennent.

Le NPA dénonce l’odieux chantage à l’antisémitisme exercé par les inconditionnels de l’État d’Israël : notre antiracisme ne se divise pas, il est international, et internationaliste.

Montreuil, le 28 mars 2018.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 21 avril 2018