Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Soutien au peuple palestinien > Journée de la Terre en Palestine L’armée israélienne tire : déjà 8 morts et (...)

Journée de la Terre en Palestine L’armée israélienne tire : déjà 8 morts et plus de 350 blessé.e.s

http://www.revolutionpermanente.fr/L-armee-israelienne-tire-deja-8-morts-et-plus-de-350-blesse-e-s

Le gouvernement israélien a déployé 100 snipers supplémentaires aux abords de la bande de Gaza pour contenir la mobilisation palestinienne en ce jour du 30 mars, Journée de la Terre, qui commémore l’assassinat de 6 Palestiniens lors d’une manifestation en 1976 contre l’expropriation de leurs champs par l’occupant. Il y a déjà 8 morts et plus de 350 blessés par balle en fin d’après-midi.

Sadek Basnacki
La Palestine est en ébullition, notamment la bande de Gaza qui se mobilise à partir d’aujourd’hui jusqu’au 15 mai prochain.

Le 30 mars 1976, après l’annonce par le gouvernement israélien d’un plan de confiscation de terres palestiniennes, une grève générale et des manifestations avaient été organisées. L’armée israélienne avait tiré sur les manifestants, tuant six Palestiniens en en blessant une centaine d’autres.

Depuis, le 30 mars, les Palestiniens se rassemblent pour démontrer leur attachement indéfectible à leurs terres. Chaque année l’État israélien réprime. Lors de la deuxième Intifada, en 2001, le 30 mars, au moins 6 palestiniens avaient été abattus après des tirs à balles réelles.

Cette année le rassemblement est particulier du fait de l’augmentation des tensions depuis la décision de Donald Trump de transférer l’ambassade étatsunienne de Tel-Aviv à Jérusalem.

Les Palestiniens de Gaza sont descendu en masse. Plusieurs dizaines de milliers selon les autorités gazaouies, 17 000 selon l’armée israélienne, tous regroupés à six endroits dans la bande de Gaza.

Ce mouvement va s’inscrire dans la durée puisqu’il est prévu de se poursuivre jusqu’au 15 mai, jour du 70e anniversaire de la Nakba, la « Catastrophe », en arabe, lorsque 800 000 palestiniens avaient été chassés de leurs terres par les sionistes. 70 ans de la création de l’Etat israélien pour certains, 70 ans d’occupation israélienne pour d’autres.

Ce mouvement a été baptisé « la grande marche du retour ». Des camps de tente ont été installés, près de la bordure de sécurité israélienne, dans cinq zones toutes situées à au moins 700 mètres de la clôture et doivent accueillir les Gazaouis de tout le territoire, pour des concerts, des danses et des discussions politiques. C’est une manifestation soutenue par le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Le retour des exilés de force palestinien est une revendication incontournable pour les Palestiniens mais impensable pour l’Etat israélien puisque la population palestinienne deviendrait supérieure à la population israélienne. Cette semaine, le gouvernement israélien a appris que le nombre de Palestiniens vivant entre la Méditerranée et le Jourdain était quasiment équivalent au nombre d’israélien. Inacceptable pour la droite et extrême droite israélienne.

Pourtant, les Palestiniens n’occupent que 15% de ce territoire. C’est bien pourquoi cette « grande marche du retour » est si importante pour les Palestiniens et impossible à envisager par l’Etat israélien qui est prêt à tuer quiconque se rapprocherait trop près de la bordure.

L’armée israélienne a déployé 100 snipers supplémentaires et ont ordre de tirer au moindre « danger ». Résultat, ce matin, alors même que le rassemblement n’avait pas commencé, un palestinien a été abattu. Selon un porte-parole du ministère de la Santé palestinien, il s’agit d’un homme âgé de 27 ans, identifié comme Omar Samour, qui a été tué près de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Il était dans son champ et ramassait des agrumes pour les vendre au marché. Il a été tué par un tir de char.

Par la suite, pour les deux premiers Palestiniens qui ont été tués, un porte-parole de Tsahal a indiqué que « deux suspects se sont approchés de la barrière de sécurité dans le sud de la bande de Gaza et ont commencé à agir de façon suspecte [et] en réponse, des chars ont tiré dans leur direction ». Voilà l’atrocité de la colonisation. Ce premier meurtre en a emmené d’autres. Les soldats israéliens sont couverts par leur hiérarchie qui les a autorisés à « employer toute la force nécessaire ». Selon Tsahal, les Palestiniens « font rouler des pneus enflammés et lancent des pierres vers la barrière de sécurité et les troupes israéliennes qui recourent à des moyens anti-émeutes et tirent en direction des principaux meneurs ». Les meurtres s’enchaînent donc depuis vendredi matin. Parmi ceux qui sont tombés, en milieu de journée, un enfant de neuf ans…

[Crédit photo : Mahdi Zoroub, AlAraby]

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 21 avril 2018