Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Luttes sociales > Le 22 puis le 26 mai, tou.TE.s mobilisé.E.s contre le gouvernement (...)

Le 22 puis le 26 mai, tou.TE.s mobilisé.E.s contre le gouvernement Macron

Crédit Photo : Photothèque Rouge/JMB

La France a gagné un triste prix : d’après le rapport d’Oxfam, elle est le pays où les actionnaires touchent le plus de dividendes. 67,4% des bénéfices vont aux actionnaires, 27,3% aux investissements… et 5,3% en prime aux salariés. « En 2016, les patrons du CAC 40 gagnaient en moyenne 257 fois le SMIC ». « 1454 filiales d’entreprises du CAC 40 sont implantées dans des paradis fiscaux, sans qu’on sache combien d’impôts elles y payent ».

Autant dire que, dans la France de Macron, il y a de l’argent, mais il est extorqué aux salariéEs et envoyé directement dans la poche des actionnaires et des grands patrons.

Le gouvernement craint la grève

Ces chiffres justifient encore plus les mobilisations qui existent actuellement dans le pays pour arrêter la politique de Macron. Après qu’un rapport ait été divulgué concernant le projet de privatisation de la SNCF, le gouvernement tente d’éteindre le feu. La grève des cheminotEs tient plus que jamais, la journée du 14 mai a été la plus massive depuis le début du mouvement.

Dans les universités, malgré la fin des cours, la mobilisation continue, avec des jeunes qui empêchent la tenue des examens afin de garantir une égalité entre touTEs les étudiantEs, d’empêcher des sanctions en demandant une validation automatique puisque, de toute façon, la plupart des cours n’ont pas eu lieu et que ça n’a donc aucun sens de vouloir évaluer ce que les étudiantEs n’ont pas étudié.

Des mobilisations qu’il faut unifier

Le 14 mai, donc, la mobilisation a été très forte à la SNCF. Le 15, ce sont les salariéEs de la santé qui se sont mobiliséEs. Le 16, une nouvelle mobilisation a lieu dans l’enseignement supérieur. D’autres mobilisations ont lieu. Le 22 mai, c’est toute la fonction publique qui sera mobilisée, pour arrêter le plan CAP 22 de casse des services publics (casse du statut de fonctionnaire, privatisations, suppressions de postes et de moyens…).

Ces mobilisations, nous devons les unifier pour gagner ensemble, pour ne pas perdre séparément. Nous avons besoin d’un plan d’urgence pour le monde du travail et la jeunesse, qui consiste à rejeter les attaques contre les services publics, à la SNCF, dans les universités et ailleurs, créer un million de postes dans la fonction publique, partager le temps de travail pour en finir avec le chômage.

Construire une grève générale

Pour faire céder ce gouvernement et mettre un coup d’arrêt à sa politique nous devons construire, renforcer, étendre les mobilisations et dépasser les divisions par secteurs et par professions, des divisions entretenues par la stratégie des directions syndicales.

Le 22 mai, tous les services publics devront être dans la rue, ce secteur qui emploie plus de 6 millions de salariéEs. Le 26 mai, une grande journée de mobilisation rassemblera, partout dans le pays, à l’appel des organisations syndicales, associatives et politiques qui s’opposent au gouvernement, tous les secteurs. L’objectif est de faire ces journées des tremplins pour construire une grève de masse pour arrêter ce gouvernement et le patronat.

Mardi 15 mai 2018

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 22 septembre 2018