Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Anti-fascisme, contre le racisme, migrants et réfugiés > MigrantEs : se saisir de toutes les mobilisations !

MigrantEs : se saisir de toutes les mobilisations !

Crédit Photo : SOS Méditerranée

Alors que l’Aquarius fait route vers le port de Marseille, où les autorités comptent l’immobiliser, les mobilisations en solidarité avec les migrantEs doivent prendre de l’ampleur.

À l’issue d’ un marchandage sordide, les dirigeants européens tentent de désamorcer la crise créée par l’interdiction faite à l’Aquarius de débarquer dans son port d’attache : Marseille. Responsables des milliers de meurtres en Méditerranée, où plus de 1 600 personnes sont mortes noyées depuis le début de l’année, les responsables de l’UE ont contraint l’équipage de l’Aquarius à faire escale à La Valette, pour « répartir » les 58 hommes, femmes et enfants qui risquaient sans doute de déstabiliser l’Europe. On ose parler d’un « accord de répartition solidaire ». La France, dans sa grande générosité, prévoit, « après étude des dossiers » (sic) d’en « accueillir »… 18.

Mais l’ignominie ne s’arrête pas là : non contents de bloquer tout navire humanitaire, les dirigeants européens enjoignent à tous les navires marchands ou militaires de s’abstenir de secourir les embarcations susceptibles de transporter des migrantEs, remettant en cause les dispositions de la convention internationale pour le sauvetage de la vie humaine. Si ces directives étaient appliquées, elles signifieraient que l’Europe assume un crime contre l’humanité et un formidable recul civilisationnel.

Répondre à l’appel de SOS Méditerranée et de MSF

Le scandale créé par la gestion gouvernementale de l’épopée de l’Aquarius suscite de nombreuses réactions dans ce que l’on appelle la société civile, et de nombreuses polémiques au sein de la « gauche » en France et en Europe (voir page 4). Des tribunes signées par des « personnalités » aux appels à dons pour subventionner leurs activités, SOS Méditerranée et Médecins sans frontières ont su sensibiliser une partie de l’opinion publique.Initiée il y a quelques jours, une pétition européenne a d’ores et déjà recueilli plus de 80 000 signatures. Au-delà de ces actes de sensibilisation médiatisés, les deux organisations organisent samedi 6 octobre des rassemblements un peu partout en Europe. En France, des initiatives se tiendront dans plusieurs grandes villes : Paris, Lyon, Marseille, Nantes, Montpellier, Toulon, Brest, Bordeaux, Grenoble, Saint-Étienne…Les militantEs du NPA répondront présents à l’appel pour exiger que soient prises des mesures afin que l’Aquarius puisse rapidement repartir en mer. Pour imposer l’obligation de prêter assistance aux embarcations en difficulté. Pour exhorter les États à prendre leurs responsabilités et établir un véritable « modèle de sauvetage » en Méditerranée.

Aller plus loin dans la mobilisation !

Si ces appels vont dans le bon sens et alertent les consciences, ils ne peuvent à eux seuls régler la question de la démission collective des gouvernements européens devant le devoir d’accueil des migrantEs. Il y a une tragique ironie dans un situation où l’on est appelé à suppléer l’incurie des États, entre autres en aidant financièrement des associations pour prendre en charge ce qui relève des prérogatives de ceux-ci. Les antiracistes et internationalistes européens ont une grande responsabilité à assumer dans les semaines et les mois à venir : s’unir et s’organiser pour mettre fin à l’hécatombe en Méditerranée, imposer le droit de circulation et le droit d’installation pour toutes et tous, exiger l’ouverture inconditionnelle des frontières terrestres de l’Europe, l’établissement en urgence des ponts aériens pour mettre fin aux traversées mortelles, la distribution aux arrivantEs de visas leur permettant de circuler et de décider par eux-mêmes du pays où ils veulent s’établir.

Nous ne sommes heureusement pas les seulEs à nourrir de tels objectifs qui peuvent paraître à contre-courant de l’idéologie européenne dominante. Nous y reviendrons prochainement dans ces pages. Un exemple parmi d’autres pour l’illustrer : le week-end dernier à Bologne, à l’appel du syndicat Si Cobas regroupant 15 000 adhérentEs très majoritairement sans papiers, s’est tenue une réunion en présence de délégations venues de toute l’Europe. Un manifeste issu des travaux va circuler dans les prochains jours, des propositions de manifestations internationales également. TouTEs ensemble, on peut y arriver !

Alain Pojolat

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 17 décembre 2018