Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Soutien au peuple palestinien > Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !

Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !

Georges Ibrahim Abdallah, miltant de la cause palestinienne, communiste, anti-impérialiste, est le plus ancien prisonnier politique en France. le communiqué de l’AFPS résume bien son histoire et la nécessité de tout faire pour sa libération. ( lire ci-dessous).
A Lannemezan où Georges est détenu, près de 500 personnes venues de toute la France et bien sûr de la région dont une quinzaine d’Ariégeois-e-s de l’association « Couserans Palestine » sont venues scander leur volonté d’aboutir à la justice pour lui et les autres prisonniers politiques ( dont 13 Basques dans ce centre de détention).
Le beau message de lutte et d’espoir de Georges Ibrahim Abdallah a été lu. De nombreuses autres prises de paroles dont celle de notre camarade Alain Pojolat qui devait proposer, qu’au delà des discours, il fallait se retrouver pour riposter plus fort. En particulier , peut-être, à l’occasion de la venue de Trump, à Paris pour les cérémonies officielles de l’armistice de 1918.

Alain Pojolat NPA


Au départ de la gare de Lannemezan


Sur les grilles de la prison




Parmi les manifestant-e-s


La représentante de « l’Union Juive de France »


« Quartiers populaires »

Association France Palestine Solidarité, 19 octobre 2018

Numéro d’écrou 2388/A221, Georges Ibrahim Abdallah est toujours incarcéré au centre pénitentiaire de Lannemezan.

Détenu depuis 34 ans il est devenu le plus ancien prisonnier politique d’Europe. Libérable depuis 1999 toutes ses demandes de remise en liberté ont été rejetées par la volonté de nos gouvernants.

Né au Nord Liban il s’est engagé en faveur de la cause palestinienne dans le contexte de la guerre civile et des invasions de l’armée israélienne au sud du Liban.

Il a été condamné à la perpétuité sans peine de sûreté en 1984 par la cour d’assises spéciale pour complicité d’assassinat après que l’attaché militaire adjoint des États-Unis en France ait été abattu puis, trois mois plus tard, un diplomate israélien, agent du Mossad.
Il n’a jamais reconnu sa participation à ses actes.

Quelles pressions sur la justice française pour expliquer cet acharnement ?
Pourquoi réinventer en France, pour ce cas précisément, une peine de perpétuité non aménageable ?
Pourquoi oublier l’indépendance de la justice française pour satisfaire aux pressions d’Etats étrangers ?
Pourquoi lui appliquer un régime d’embastillement totalement arbitraire ?

Georges Ibrahim Abdallah est-il victime d’une « vengeance d’État lamentable » (déclaration d’Yves Bonnet, patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) interview du 7 janvier 2017) ?

Interpelé à Tunis en février 2018 sur le sort de Georges Ibrahim le Président Macron n’a pas cru bon de réagir.

Pour ce militant communiste libanais, combattant des causes libanaise et palestinienne qui a connu et connaît encore l’expression de la solidarité de militants palestiniens très connus (Marwan Barghouti, Salah Hamouri, Ahmad Saadat, Ahed Tamimi) l’heure de la libération est venue !

Georges Ibrahim Abdallah est aujourd’hui l’objet de demandes de remise en liberté qui viennent de tous horizons, pour des raisons humanitaires comme pour des raisons de simple justice.

Le Président de la République doit enfin faire « oeuvre de justice « dans ce dossier.
Pour prouver l’indépendance de notre justice…
Pour réaffirmer le droit des peuples à la résistance et à l’autodétermination…

Nous demandons :
Liberté immédiate pour Georges Ibrahim Abdallah !

19 octobre 2018
Le Bureau national de l’AFPS

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le vendredi 16 novembre 2018