Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Anti-fascisme, contre le racisme, migrants et réfugiés > Hypocrisie.La France signe le pacte de Marrakech mais traite les migrants (...)

Hypocrisie.La France signe le pacte de Marrakech mais traite les migrants pire que du bétail

http://www.revolutionpermanente.fr/Hypocrisie-La-France-signe-le-pacte-de-Marrakech-mais-traite-les-migrants-pire-que-du-betail

Rapport du Défenseur des droits
Hypocrisie.La France signe le pacte de Marrakech mais traite les migrants pire que du bétail

Jaques Toubon, défenseur des droits a dans un nouveau rapport, mis en avant la situation désastreuse des migrants en France. Cette situation s’est même dégradée au cours des trois dernières années. En cause, l’action de la police que ce soit dans le cadre des évacuations de campements, ou dans un harcèlement quotidien qui touche autant les migrants eux-mêmes que les associations tentant de les aider.

Jean-Michel Larhot
Crédit photo : AFP

L’ONU a le 19 décembre voté le pacte de Marrakech, qu’Emmanuel Macron avait approuvé lundi matin. Ce pacte a pour objectif de garantir les droits humains des migrants. Ce texte est dit non-contraignant, c’est-à-dire que les états ne le respectant pas ne risquent aucun retour de bâton de la communauté internationale.

Et ça tombe bien pour la France, qui au -delà des leçons de moral du président Macron aux autres chefs d’états sur le traitement des migrants ne fait pas figure de bon élève. En réalité ce texte est surtout un prétexte utilisé par Macron pour se positionner comme le héros du progressisme face à la monté des populismes.
En effet, le dernier rapport du défenseur des droits, Jacques Toubon (ministre de la Justice sous Juppé), est sans appel, les migrants sont maltraités en France et la situation s’est grandement détériorée ces 3 dernières années, du fait des évacuations en particulier celle de la « Jungle de Calais ». Le défenseur des droits dénonce non seulement les conditions désastreuses d’hébergement mais montre un pays où les migrants sont triés comme du bétail et où les procédures qui leur permettraient de rester en France sont entravées. On voit apparaître une « « police des étrangers » reflétant une criminalisation des migrations ». L’objectif de l’État est clair : limiter au maximum le nombre de papier délivré.

Cette politique raciste de « tri des migrants » a un autre pendant : le désengagement des pouvoirs publiques dans l’aide aux migrants. Ce sont donc des associations qui de fait prennent la place de l’État afin de tenter de garantir quelques-uns des droits fondamentaux des migrants.

« Manque d’argent » tenteront de répondre certains. Seulement de l’argent il semble bien en avoir pour financer la répression et le harcèlement quotidien dont sont victimes les migrants mais aussi les militants associatifs qui tentent de leur apporter de quoi vivre. Là où l’État n’a pas les moyens de fournir de quoi survivre à des centaines de personnes, il trouve de l’argent pour financer des dispositifs policiers hors-norme que cela soit face aux migrants ou face aux gilets jaunes. Les policiers en colère de la surcharge de travail ont même obtenu une rallonge de salaire de la part d’un État soi-disant trop exsangue pour accueillir dignement.

Afin de prendre toute la mesure de la situation, il faut aussi considérer les cadeaux comme le dédommagement des commerçant des Champs Élysées pour les pertes dûes aux manifestations de ces dernières semaines. Il faudrait aussi estimer le coup de la mise en place de l’Europe Forteresse, qui cause la mort de milliers de personnes autour du bassin méditerranéen…. Bref, de l’argent il y en a.

L’ouverture des frontières, l’accueil digne de tous les migrants est donc possible. Il est même nécessaire au regard des guerres impérialistes et du réchauffement climatique qui déplacent et continueront à déplacer toujours plus de personnes.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 21 janvier 2019