Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Non au putsch au Venezuela ! Non à l’intervention des États-Unis dans les (...)

Non au putsch au Venezuela ! Non à l’intervention des États-Unis dans les affaires internes du Venezuela !

L’heure est grave en Amérique latine. Le mercredi 23 janvier 2019, Juan Guaidó, un politicien inconnu arrivé à la présidence de l’Assemblée nationale vénézuélienne par le mécanisme de la rotation des partis, s’est autoproclamé « président » de la République bolivarienne du Venezuela. Quelques minutes plus tard, Donald Trump le reconnaissait comme président légitime.

Cette attitude putschiste, soutenue par plusieurs gouvernements de la région comme le Brésil, l’Argentine, la Colombie, le Pérou et l’Équateur, ouvre une fois de plus le danger d’une intervention impérialiste directe dans un pays d’Amérique latine, et ne peut qu’aggraver la situation de la population et générer d’avantage de violence.

Le gouvernement de Nicolas Maduro a démontré son incapacité à en finir avec la corruption et la pauvreté. C’est lui qui est responsable de la situation catastrophique du peuple vénézuélien, forcé à l’exil pour échapper à la misère. Mais c’est à ce peuple de décider qui doit le gouverner, non à un président autoproclamé avec le soutien de l’impérialisme étatsunien et de la droite et de l’extrême droite du continent.

Le NPA condamne cette tentative de putsch, ainsi que la position d’Emmanuel Macron, en soutien à Guaidó. Nous réaffirmons notre solidarité avec le peuple vénézuélien, et appelons à défendre son droit à l’autodétermination, contre toute forme d’ingérence extérieure.

Montreuil, le 25 janvier 2019.

P.-S.

Contre l’intervention putschiste au Vénézuela, pour une sortie démocratique de la crise

Crédit Photo :
Par Government of Venezuela — CC BY 3.0

Déclaration du Bureau exécutif de la Quatrième Internationale.

La Quatrième Internationale s’exprime ouvertement contre la nouvelle tentative de coup d’État et d’intervention impérialiste contre le Venezuela orchestrée cyniquement et convoquée par le vice-président des États-Unis, Mike Pence (compte tenu du discrédit de Trump en Amérique latine). Une vidéo diffusée dans la nuit du 22 janvier a donné le coup d’envoi à une stratégie qui a amené en quelques heures à l’auto-proclamation, sans passer par le vote, de Juan Guaidó, véritable usurpateur, en tant que « président » du Venezuela. À la suite de cette auto-proclamation a eu lieu une avalanche de « reconnaissances » du ce présumé nouveau gouvernement par les présidents et les gouvernements néo-conservateurs, de droite ou même néo-fascistes de la région et du monde entier. L’OEA et les pays de la région qui ont signé la « Déclaration de Lima » se sont également immédiatement subordonnés aux plans impérialistes, reconnaissant le mandat présidentiel illégitime de Gualdió, mettant en place un blocus du Venezuela et en cherchant provoquer afin de justifier une intervention armée.

Nous soutenons fermement les campagnes condamnant cette tentative de coup d’État et d’intervention impérialiste, qui viole le cadres minimum de la souveraineté nationale. Nous appelons à la mobilisation populaire, unitaire, internationaliste et démocratique la plus large possible contre le coup d’État, ce qui signifie que, quelles que soient nos différences et nos critiques à l’égard du gouvernement Maduro et du régime qu’il a mis en place au Venezuela, nous ne voyons aucune issue par le biais d’un coup d’état impérialiste. Laissons le peuple vénézuélien, libre, souverain, décider démocratiquement de son avenir.

Les problèmes politiques, sociaux et économiques indéniables du Venezuela ne peuvent être résolus démocratiquement que sans interventions impérialistes qui n’ont aucune crédibilité dans la défense proclamée de la "démocratie et des droits de l’homme”. Il est vrai que d’importants secteurs populaires, exaspérés par la situation économique très grave du pays, par les difficultés, les contradictions et les mauvais choix du gouvernement, sont descendus dans la rue pour soutenir le coup d’Etat. Ce qui est tragique, c’est que ce n’est pas en se plaçant sous les ordres de l’oligarchie nationale et des forces impérialistes, réactionnaires et même néofascistes internationales que l’on va améliorer la situation économique, sociale et des droits humains au Venezuela.

À l’heure actuelle, tout semble indiquer que les protagonistes du coup d’État tentent de forcer une guerre civile et / ou une intervention directe de puissances étrangères, ce qui ne peut qu’exacerber les problèmes du pays et n’amènerait qu’à un renforcement de l’offensive politique de la droite et de l’extrême droite en Amérique et dans le monde entier. Un conflit armé serait un scénario catastrophique pour la région et permettrait une nouvelle croisade pour le contrôle des ressources pétrolières du pays par les grands oligopoles internationaux. La catastrophe de l’occupation de l’Irak par les États-Unis nous donne une idée de ce qui pourrait se passer au Venezuela et dans toute la région si les responsables du coup d’État ne changent pas leur attitude.

Nous appelons toutes les forces révolutionnaires, progressistes et démocratiques à se mobiliser contre cette nouvelle intervention impérialiste et à défendre la souveraineté du peuple vénézuélien afin de résoudre leurs problèmes politiques, sociaux et économiques de manière démocratique et pacifique, sans sabotage de leur économie, sans menace d’intervention armée et en respectant la majorité exprimée dans les urnes.

Non au coup d’Etat au Venezuela !
Pour une sortie anti-impérialiste et souveraine de la crise vénézuélienne !

Bureau exécutif de la IVe Internationale
24 janvier 2019

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le jeudi 14 février 2019