Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA 09 > FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE : ECONOMISONS L’EAU ET L’ARGENT PUBLIC (...)

FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE : ECONOMISONS L’EAU ET L’ARGENT PUBLIC !

Photo : la DDM
Communiqué du collectif « Pas Touche au Touyre » :

Le Conseil départemental justifie son projet de détournement du Touyre par le futur déficit en eau suite au réchauffement climatique sur le bassin Adour Garonne.

Pourtant les prévisions de météo France montrent que si le réchauffement global est incontestable avec hausse des températures entre 1 à 4° selon le scénario, les pluies ne seront pas moins nombreuses mais différemment réparties et le volume des précipitations, quel que soit le scénario, resterait stable.

Une conséquence de ce réchauffement sera une augmentation de la demande en eau des cultures. Le projet du détournement du Touyre ( 13 millions d’euros) est bien là pour compenser cette augmentation du volume d’irrigation dont le but est de sécuriser ( avec l’argent public !) les revenus de quelques agriculteurs du Lauragais. Pourtant cette agriculture intensive employant les pesticides a un impact reconnu négatif sur les sols et sur la qualité des eaux . On veut produire toujours plus dans une logique de rentabilité maximum sans se poser des questions et sans remettre en cause les pratiques .

Pour justifier aussi la dérivation du Touyre avec une modification de son hydrologie, le Conseil Départemental affirme que l’augmentation de la population en Haute Garonne va entraîner une hausse de la consommation d’eau. Mais dans le même temps, et sans que le porteur du projet s’en offusque :

- des millions de m3 sont perdus en évaporation ( 2 millions à Monbel et 4à 6 millions/an à cause des gravières dans la plaine de Saverdun).
- les réseaux d’adduction d’eau potable comportent 50% de fuites en Ariège.
- le bétonnage gagne du terrain, empêchant les nappes de se recharger.

Des solutions sont avancées notamment par différentes agences de l’eau comme la désimperméabilisation des sols, les changements des systèmes d’irrigation, de cultures, et la nécessité de redonner toute sa place à la rivière !!

Le Conseil départemental ariégeois doit abandonner son projet.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le dimanche 19 mai 2019