Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Venezuela : Marea Socialista comienza una nueva etapa

Venezuela : Marea Socialista comienza una nueva etapa

https://www.anti-k.org/2019/04/07/venezuela-marea-socialista-comienza-una-nueva-etapa/

MAREA SOCIALISTA commence une nouvelle étape

Dans le cadre de la crise profonde que traverse le Venezuela, grâce à la coordination nationale de notre organisation et à la représentation de notre courant international « Anticapitalistas en Red », nous analysions, évaluions et réévaluions la situation politique, ce qui a été fait jusqu’à présent et l’orientation politique et organisationnelle à suivre. Tout cela dans le cadre de la relance de notre organisation, avec de nouvelles tâches et propositions politiques.

Nous laissons ici les principales conclusions auxquelles nous sommes parvenus et que nous avons soumis à ce texte pour tenir compte de notre militantisme dans divers États, avec lequel nous nous rencontrerons au cours des prochaines semaines pour examiner en profondeur toutes les questions soulevées dans ce document.

Nous rendons également ce texte public, en tant que contribution de notre organisation à la classe ouvrière, aux secteurs populaires, aux femmes et aux jeunes. Nous sommes convaincus que nous continuerons à faire face à d’énormes défis pour les révolutionnaires anticapitalistes et socialistes qui, du Venezuela, entendent continuer à apporter leur contribution militante contre les forces sociales et politiques impérialistes, capitalistes et bureaucratiques sous toutes leurs formes.

La situation à laquelle les travailleurs, les travailleurs, les secteurs populaires et les jeunes sont confrontés quotidiennement n’est pas durable. Nous nous battons tous les jours dans des conditions de précarité absolue simplement pour avoir de l’eau, de l’électricité, de la nourriture et tous nos besoins essentiels. Nous sommes tombés à la limite de la survie humaine avec des hôpitaux dans des conditions terribles et sans intrants ni files d’attente immenses et inhumaines pour avoir juste un peu d’eau pour vivre.

La contrariété et la réaction quotidienne de chaque famille sont palpables, à commencer par le courage des femmes, qui font tout leur possible pour au moins pouvoir manger et donner quelque chose à nos enfants. Nous ne pouvons ni ne voulons ni ne voulons nous habituer à cette vie difficile ; Nous luttons pour sortir de cette épreuve afin d’avoir la vie digne que nous méritons. Et pour cela, nous invitons les familles ouvrières, le mouvement populaire autonome et les jeunes qui veulent avoir un avenir, à s’organiser et à se battre, sans se résigner à ce présent décadent.

Bien sûr, de ce déclin économique et social, nous ne tomberons pas entre les mains des États-Unis, de l’impérialisme Trump et de sa marionnette Guaidó, qui vivent dans l’énorme mécontentement social causé par le gouvernement désastreux que nous avons et essayons de tous les coûts avancent dans leurs plans interventionnistes au service du grand capital impérialiste et transnational, ils veulent diriger et profiter directement de l’activité millionnaire que nous accordent nos extraordinaires ressources énergétiques et provoquent aujourd’hui des actions économiques et politiques contre le Venezuela qui aggravent encore la vie de millions de personnes. Tout ce qui vient de Trump et Guaidó doit être dénoncé, confronté et rejeté. Nous nous opposons à un éventuel coup d’État et à toute forme d’interventionnisme, qu’il soit politique, économique ou militaire. La première tâche de tout militant, capitaliste et socialiste anticapitaliste est de rejeter les plans de guerre américains au Venezuela et dans toute la région. Et si une quelconque intervention ou invasion militaire devait se produire, nous serions des militants actifs contre ce gouvernement, indépendamment du gouvernement et en proposant des mesures concrètes d’attaque directe contre les intérêts impérialistes du pays.

Dans le même temps, s’opposer aux projets impérialistes ne signifie nullement apporter un soutien au régime maduriste, à un gouvernement qui a liquidé les meilleures réalisations sociales du processus bolivarien et qui est parfois même devenu un agent du capital transnational. Les capitales américaines et en général les capitales russes et chinoises qui, dans le contexte d’une lutte géopolitique, souhaitent également conserver les ressources naturelles et stratégiques de notre pays et de tout le continent.

Contre le mensonge répandu par les médias et les porte-parole du gouvernement, le gouvernement Maduro n’est ni un socialiste, ni un nationaliste, ni un nationaliste de gauche. Il a été consolidé en tant que régime bourgeois avec des caractéristiques bonapartistes et de fortes tendances répressives / autoritaires dans son modèle politique et dans un modèle de capitalisme national dans la sphère économique. Le gouvernement est responsable de l’ajustement brutal de la population par le biais de salaires de misère et d’inflation incessante, de soumission aux droits des travailleurs, d’aggravation de la santé, de l’éducation et d’autres droits sociaux. En attendant, il respecte le paiement de la dette extérieure corrompue au capitalisme financier et a fait et permis un détournement brutal de la nation. Tout au milieu de l’enrichissement d’airain des fonctionnaires, en alliance et faisant partie d’une nouvelle bourgeoisie rentière et parasite, née sous la protection du secteur pétrolier. C’est la raison pour laquelle nous sommes clairement opposés au gouvernement depuis une position indépendante et de gauche.

Sur la base de ces définitions, MAREA SOCIALISTA souhaite promouvoir l’émergence d’une nouvelle alternative politique de la gauche, totalement indépendante de l’impérialisme yanke et de son fantoche, le régime maduriste et de toute variante visant à maintenir ce système injuste et inégal à travers l’émergence d’un troisième espace ou « gouvernement de transition » de conciliation de classe. Les millions de travailleurs, de secteurs populaires et de jeunes victimes de la crise sociale actuelle méritent un autre outil politique qui dénonce et confronte tous les responsables du déclin social que nous subissons.

Pour répondre à la crise actuelle, nous devons également relancer un processus de mobilisation autonome en faveur de nos droits sociaux. Notre droit à l’eau, à l’électricité, à la santé, à l’éducation, au travail et à un salaire décent, ainsi qu’au logement, nous n’y parviendrons pas si nous ne nous mobilisons pas de toutes nos forces et indépendamment des actions réactionnaires appelées par Guaidó et ses partenaires les politiciens nationaux et internationaux.

Par conséquent, nous appelons les travailleurs, les étudiants, les paysans, les femmes, les intellectuels critiques, les combattants sociaux et les organisations de classe de gauche, honnêtes et honnêtes, à s’unir pour coordonner et promouvoir une lutte commune au service des justes revendications du peuple. En union avec certaines de ces organisations de classe, nous dénonçons, au sein de l’Intersectorial des travailleurs du Venezuela (ITV), ceux qui sont passés derrière Guaidó et tentent de détourner les luttes à leur service. Maintenant, il est nécessaire que ceux d’entre nous qui avons fait ces dénonciations en commun continuons ensemble à promouvoir un nouveau domaine de coordination de la lutte ouvrière et populaire.

Dans le même temps, il est nécessaire de coordonner les actions politiques et de combattre dans différents domaines. En ce sens, MAREA SOCIALISTA a toujours eu une attitude unitaire à l’égard des différents secteurs issus du processus bolivarien, maintenant séparés du gouvernement, au-delà des accords et des différences que nous pouvons avoir sur différents points. Dans ce sens, nous avons, au cours des dernières années, fait la promotion de diverses plateformes avec différentes références, dont certaines servaient à dénoncer le détournement de fonds à la nation, le vol commis avec la dette extérieure et la livraison. de l’arc minier de l’Orénoque.

Cependant, face à la possibilité d’une crise et d’une confrontation accrue, est apparu l’espace appelé ARC (Alliance pour le référendum consultatif) qui était en train de devenir une unité politique qui se présentait comme une sortie de l’intervention et de la tutelle. de l’ONU et des autres secteurs bourgeois internationaux, une politique que nous rejetons parce que nous nous sommes toujours opposés à tous les types d’interventionnisme de ce type d’organisations impérialistes, responsables de grands maux dans leurs interventions dans différents pays. Dans le même temps, nous ne pensons pas non plus qu’il soit correct de générer de fausses attentes quant au fait que la solution à la crise actuelle ne viendra qu’avec de nouvelles élections. Au-delà des intentions, La demande d’élections est la même que dans leur ordre du jour, Guaidó et les pays impérialistes avec des gouvernements bourgeois qui le soutiennent et qui espèrent les gagner, ouvrant ainsi le pays au contrôle total de l’impérialisme yanke. Par conséquent, la proposition de référendum et d’élections dans un contexte antérieur au plan interventionniste de Guaidó et des États-Unis aurait pu être utile, mais pas maintenant, et encore moins mise en fonction d’un objectif erroné sous la tutelle de l’ONU, du Vatican et d’autres institutions. internationaux réactionnaires.

Lorsque cet espace appelé ARC a été créé, certains membres de Marea Socialista y ont participé pour donner notre avis et voir la possibilité de progresser de manière correcte. Aujourd’hui encore, nous pensons qu’une politique erronée a été consolidée dans son produit intérieur, à savoir le protagonisme de secteurs issus des forces politiques de la droite d’opposition avec le soutien erroné de camarades venant de Chavez. De cette façon, nous ne pensons pas que cela va résoudre la crise et que cela alimente en outre une sortie politique dans le cadre d’un programme de conciliation de classes et de bourgeois-démocrates, que nous ne partageons pas. C’est pourquoi, de MAREA SOCIALISTA, nous avons décidé de ne pas participer à cet espace appelé ARC. Avec quelques référents sociaux,

Nos propositions politiques

Dans la crise profonde que traverse notre pays, il n’ya pas de raccourci possible dans le cadre du régime capitaliste. Bien que ce soit un chemin plus long et plus difficile, nous pensons toujours, dans la situation actuelle, qu’un changement positif pour les travailleurs et les communautés ne viendra que d’un véritable bond en avant dans leur mobilisation réelle et massive, le seul qui puisse renverser la tendance actuelle, en faveur des travailleurs et du peuple. Nous promouvons cette voie et c’est pourquoi, au niveau politique, nous proposons de promouvoir les unités de gauche qui vont dans cette direction, tout en renforçant la construction nationale de notre organisation.

De MAREA SOCIALISTA, nous invitons les organisations politiques et sociales de gauche et engagées, référents sociaux et intellectuels indépendants de Guaidó, Maduro et de toute formation politique capitaliste, à s’asseoir et à discuter de la formation d’un front politique unitaire du à gauche parmi toutes nos forces, dans le cadre d’un programme anticapitaliste, ouvrier et véritablement socialiste. Et que cette unité se reflète dans l’impulsion commune de la lutte dans la classe ouvrière, le mouvement populaire et la jeunesse.

Notre engagement dans la lutte anti-impérialiste contre les projets de Guaidó et des États-Unis est total. Nous voulons que les Yankees soient libérés du Venezuela et de l’Amérique latine. Notre opposition aux projets économiques et politiques du gouvernement est également cohérente. Nous voulons que tous les responsables de cette crise partent par le biais d’une mobilisation indépendante et autonome. Avec le « Plan País » de Guaidó, nous perdrons toute souveraineté, livrerons le pays à l’empire et nous ne vivrons pas mieux. Maduro suivra le désastre actuel et la vie misérable et précaire de millions de personnes. C’est pourquoi nous sommes pour une sortie indépendante, ouvrière et populaire.

Nous sommes sur le point de développer une mobilisation autonome contre toute attaque impérialiste et toute ingérence extérieure qui veulent essayer les jours et les semaines à venir et de promouvoir des mesures concrètes contre les intérêts des États-Unis, une question que le gouvernement de Maduro ne fait pas. Nous sommes pour l’unité des peuples d’Amérique latine contre l’impérialisme yanke et ses partenaires, Duque, Bolsonaro, Macri et d’autres gouvernements complices des projets des États-Unis dans la région.

Nous sommes pour un plan d’urgence qui commence par une re-planification du système électrique, où ses travailleurs, ses techniciens et ses professionnels qualifiés évaluent la situation et proposent avec les communautés touchées un nouveau plan appartenant à l’État et à l’État, contrôlé et dirigé par ses travailleurs et les contrôle social de la population et non de la bureaucratie au pouvoir.

Nous sommes pour le contrôle total par les travailleurs du système pétrolier national, sans intervention ni participation de sociétés étrangères ou de dictats bureaucratiques / militaires. Nous sommes en faveur de l’interdiction de la mégaminería, de l’expulsion des sociétés minières et d’un débat démocratique avec les communautés et les travailleurs sur les formes possibles de production minière sans contamination ni destruction de l’environnement.

Nous sommes en faveur d’une augmentation salariale d’urgence en fonction du panier de base et, dans ce sens, nous poursuivrons notre réclamation introduite devant la Cour suprême en vue de l’application de l’article 91 de la Constitution qui l’établit, bien que nous n’attendions aucune attente de cette part mais la mobilisation des travailleurs pour y parvenir. Ce n’est pas vrai qu’il n’y a pas d’argent ; des millions de dollars proviennent de la rente pétrolière, du paiement inquiétant de la dette extérieure qui doit cesser et des millions qui se cachent dans des banques internationales dans le cadre du détournement de fonds de la nation. Avec ces ressources, la vie de millions de personnes peut être améliorée dès maintenant.

Nous sommes pour la récupération et le rapatriement des capitaux fugitifs et détournés et affectons ces ressources à l’importation urgente de denrées alimentaires et de médicaments pour répondre aux besoins sociaux colossaux.

Nous sommes pour le sauvetage des avoirs de PDVSA (comme Citgo) et des fonds financiers qui ont confisqué les États-Unis et d’autres pays impérialistes du Venezuela et pour prendre toutes les mesures possibles pour nous indemniser en tant que pays face à cet acte de vol.

Nous sommes pour le rejet des licenciements dans les secteurs public et privé avec la réintégration de tous ceux qui ont été licenciés. Et pour la production sous le contrôle des travailleurs de toute entreprise qui licencie ou menace de fermer. En termes simples, fonctionner au maximum de sa capacité à créer des entreprises d’État dans le domaine de l’alimentation et des produits de base laissés à l’abandon par le gouvernement.

Nous sommes pour le droit libre de la mobilisation et de la contestation sociale et contre tout type de répression étatique ou parapublique à des revendications justes et sincères des travailleurs et des populations touchées par la crise. Nous réclamons la liberté des travailleurs emprisonnés de se battre et d’annuler les procès de travailleurs et de paysans poursuivis pour avoir manifesté.

Nous sommes en faveur de l’organisation des syndicats libres et de la légalisation de nouveaux syndicats, sans aucune ingérence de la part de l’État, du gouvernement ou des employeurs de l’opposition.

Nous sommes pour la libre circulation et la diffusion des idées et des informations et pour la levée du blocus d’Etat, de la censure et des attaques contre les médias alternatifs et populaires Aporrea, un espace démocratique d’années de militantisme en faveur des droits des travailleurs. cela doit être respecté.

Contre la fausse démocratie proposée par Guaidó et la fausse assemblée constituante qui soutient le gouvernement, nous sommes sur le point d’imposer, à travers la mobilisation ouvrière et populaire, un processus de véritable constituante libre et souveraine où le peuple débat et décide de tout, avec une totale liberté de présentation pour tous partis politiques et tendances. Que le souverain ait le droit de décider quoi faire face à tous les grands problèmes nationaux qui génèrent cette crise, et ne le force pas simplement à choisir entre Maduro ou Guaidó, alors qu’il décide du destin du pays en dehors des pauvres et des travailleurs.

Dans le cadre d’un véritable processus constitutif, MAREA SOCIALISTA proposera un plan d’urgence intégral, anticapitaliste et véritablement socialiste, qui aboutit à toutes les ingérences et à tous les privilèges des sociétés pétrolières, minières et nationales nationales, ainsi qu’aux privilèges politiques des castes. les dirigeants et avec un pouvoir de justice et électoral dactylographié par le pouvoir politique ; nous voulons l’élection directe par vote populaire des membres du pouvoir judiciaire et du pouvoir électoral du CNE.

Nous avons ces propositions et d’autres dans le même sens, car nous sommes pour un gouvernement des travailleurs et du peuple, parce que nous voulons mettre fin au régime capitaliste dans toutes ses variantes et avec ses institutions antidémocratiques qui, d’une manière ou d’une autre, font sombrer notre pays.

Il est évident que nous sommes dans une nouvelle situation et que nous avons de nouvelles tâches politiques. Nous entamons à présent une nouvelle étape de notre construction en tant qu’organisation révolutionnaire, anticapitaliste, ouvrière et socialiste.

Dans cette relance politique et militante de MAREA SOCIALISTA, nous vous invitons à rejoindre tous ceux qui partagent ces objectifs. Aux travailleurs qui ont participé au processus bolivarien et vivent avec déception la catastrophe actuelle. Pour la jeunesse qui est née à la vie politique déjà dans cette crise et voit avec incertitude l’avenir. Aux femmes qui luttent pour leurs droits dans tous les secteurs populaires, pour l’égalité sur leur lieu de travail et contre tous les types de violence sexiste.

À tous, nous vous invitons à vous organiser avec MAREA SOCIALISTA pour construire un parti révolutionnaire des travailleurs, de la jeunesse, du féminisme anticapitaliste et anti-patriarcal. Une organisation militante, révolutionnaire et internationaliste ainsi que tous nos collègues d’Anticapitalistas en Red et de la nouvelle organisation internationale que nous souhaitons fonder, car la construction internationale est un élément décisif de la lutte fondamentale que nous menons contre le capitalisme impérialiste au Venezuela. et partout dans le monde.

Pour tout cela, nous vous invitons à faire de MAREA SOCIALISTA, une organisation de lutte, de travail et véritablement socialiste plus grande et plus forte. Pour atteindre ces objectifs, nous passerons le mois prochain à une plénière nationale de notre organisation où nous discuterons collectivement des moyens de renforcer cette voie.

Coordination nationale de la marée socialiste, 5 avril 2019

Traduction :
VENEZUELA : La marée socialiste entame une nouvelle étape
5 avril 2019

Avec de nouvelles tâches et propositions

MAREA SOCIALISTA commence une nouvelle étape

Dans le cadre de la crise profonde que traverse le Venezuela, grâce à la coordination nationale de notre organisation et à la représentation de notre courant international « Anticapitalistas en Red », nous analysions, évaluions et réévaluions la situation politique, ce qui a été fait jusqu’à présent et l’orientation politique et organisationnelle à suivre. Tout cela dans le cadre de la relance de notre organisation, avec de nouvelles tâches et propositions politiques.

Nous laissons ici les principales conclusions auxquelles nous sommes parvenus et que nous avons soumis à ce texte pour tenir compte de notre militantisme dans divers États, avec lequel nous nous rencontrerons au cours des prochaines semaines pour examiner en profondeur toutes les questions soulevées dans ce document.

Nous rendons également ce texte public, en tant que contribution de notre organisation à la classe ouvrière, aux secteurs populaires, aux femmes et aux jeunes. Nous sommes convaincus que nous continuerons à faire face à d’énormes défis pour les révolutionnaires anticapitalistes et socialistes qui, du Venezuela, entendent continuer à apporter leur contribution militante contre les forces sociales et politiques impérialistes, capitalistes et bureaucratiques sous toutes leurs formes.

La situation à laquelle les travailleurs, les travailleurs, les secteurs populaires et les jeunes sont confrontés quotidiennement n’est pas durable. Nous nous battons tous les jours dans des conditions de précarité absolue simplement pour avoir de l’eau, de l’électricité, de la nourriture et tous nos besoins essentiels. Nous sommes tombés à la limite de la survie humaine avec des hôpitaux dans des conditions terribles et sans intrants ni files d’attente immenses et inhumaines pour avoir juste un peu d’eau pour vivre.

La contrariété et la réaction quotidienne de chaque famille sont palpables, à commencer par le courage des femmes, qui font tout leur possible pour au moins pouvoir manger et donner quelque chose à nos enfants. Nous ne pouvons ni ne voulons ni ne voulons nous habituer à cette vie difficile ; Nous luttons pour sortir de cette épreuve afin d’avoir la vie digne que nous méritons. Et pour cela, nous invitons les familles ouvrières, le mouvement populaire autonome et les jeunes qui veulent avoir un avenir, à s’organiser et à se battre, sans se résigner à ce présent décadent.

Bien sûr, de ce déclin économique et social, nous ne tomberons pas entre les mains des États-Unis, de l’impérialisme Trump et de sa marionnette Guaidó, qui vivent dans l’énorme mécontentement social causé par le gouvernement désastreux que nous avons et essayons de tous les coûts avancent dans leurs plans interventionnistes au service du grand capital impérialiste et transnational, ils veulent diriger et profiter directement de l’activité millionnaire que nous accordent nos extraordinaires ressources énergétiques et provoquent aujourd’hui des actions économiques et politiques contre le Venezuela qui aggravent encore la vie de millions de personnes. Tout ce qui vient de Trump et Guaidó doit être dénoncé, confronté et rejeté. Nous nous opposons à un éventuel coup d’État et à toute forme d’interventionnisme, qu’il soit politique, économique ou militaire. La première tâche de tout militant, capitaliste et socialiste anticapitaliste est de rejeter les plans de guerre américains au Venezuela et dans toute la région. Et si une quelconque intervention ou invasion militaire devait se produire, nous serions des militants actifs contre ce gouvernement, indépendamment du gouvernement et en proposant des mesures concrètes d’attaque directe contre les intérêts impérialistes du pays.

Dans le même temps, s’opposer aux projets impérialistes ne signifie nullement apporter un soutien au régime maduriste, à un gouvernement qui a liquidé les meilleures réalisations sociales du processus bolivarien et qui est parfois même devenu un agent du capital transnational. Les capitales américaines et en général les capitales russes et chinoises qui, dans le contexte d’une lutte géopolitique, souhaitent également conserver les ressources naturelles et stratégiques de notre pays et de tout le continent.

Contre le mensonge répandu par les médias et les porte-parole du gouvernement, le gouvernement Maduro n’est ni un socialiste, ni un nationaliste, ni un nationaliste de gauche. Il a été consolidé en tant que régime bourgeois avec des caractéristiques bonapartistes et de fortes tendances répressives / autoritaires dans son modèle politique et dans un modèle de capitalisme national dans la sphère économique. Le gouvernement est responsable de l’ajustement brutal de la population par le biais de salaires de misère et d’inflation incessante, de soumission aux droits des travailleurs, d’aggravation de la santé, de l’éducation et d’autres droits sociaux. En attendant, il respecte le paiement de la dette extérieure corrompue au capitalisme financier et a fait et permis un détournement brutal de la nation. Tout au milieu de l’enrichissement d’airain des fonctionnaires, en alliance et faisant partie d’une nouvelle bourgeoisie rentière et parasite, née sous la protection du secteur pétrolier. C’est la raison pour laquelle nous sommes clairement opposés au gouvernement depuis une position indépendante et de gauche.

Sur la base de ces définitions, MAREA SOCIALISTA souhaite promouvoir l’émergence d’une nouvelle alternative politique de la gauche, totalement indépendante de l’impérialisme yanke et de son fantoche, le régime maduriste et de toute variante visant à maintenir ce système injuste et inégal à travers l’émergence d’un troisième espace ou « gouvernement de transition » de conciliation de classe. Les millions de travailleurs, de secteurs populaires et de jeunes victimes de la crise sociale actuelle méritent un autre outil politique qui dénonce et confronte tous les responsables du déclin social que nous subissons.

Pour répondre à la crise actuelle, nous devons également relancer un processus de mobilisation autonome en faveur de nos droits sociaux. Notre droit à l’eau, à l’électricité, à la santé, à l’éducation, au travail et à un salaire décent, ainsi qu’au logement, nous n’y parviendrons pas si nous ne nous mobilisons pas de toutes nos forces et indépendamment des actions réactionnaires appelées par Guaidó et ses partenaires les politiciens nationaux et internationaux.

Par conséquent, nous appelons les travailleurs, les étudiants, les paysans, les femmes, les intellectuels critiques, les combattants sociaux et les organisations de classe de gauche, honnêtes et honnêtes, à s’unir pour coordonner et promouvoir une lutte commune au service des justes revendications du peuple. En union avec certaines de ces organisations de classe, nous dénonçons, au sein de l’Intersectorial des travailleurs du Venezuela (ITV), ceux qui sont passés derrière Guaidó et tentent de détourner les luttes à leur service. Maintenant, il est nécessaire que ceux d’entre nous qui avons fait ces dénonciations en commun continuons ensemble à promouvoir un nouveau domaine de coordination de la lutte ouvrière et populaire.

Dans le même temps, il est nécessaire de coordonner les actions politiques et de combattre dans différents domaines. En ce sens, MAREA SOCIALISTA a toujours eu une attitude unitaire à l’égard des différents secteurs issus du processus bolivarien, maintenant séparés du gouvernement, au-delà des accords et des différences que nous pouvons avoir sur différents points. Dans ce sens, nous avons, au cours des dernières années, fait la promotion de diverses plateformes avec différentes références, dont certaines servaient à dénoncer le détournement de fonds à la nation, le vol commis avec la dette extérieure et la livraison. de l’arc minier de l’Orénoque.

Cependant, face à la possibilité d’une crise et d’une confrontation accrue, est apparu l’espace appelé ARC (Alliance pour le référendum consultatif) qui était en train de devenir une unité politique qui se présentait comme une sortie de l’intervention et de la tutelle. de l’ONU et des autres secteurs bourgeois internationaux, une politique que nous rejetons parce que nous nous sommes toujours opposés à tous les types d’interventionnisme de ce type d’organisations impérialistes, responsables de grands maux dans leurs interventions dans différents pays. Dans le même temps, nous ne pensons pas non plus qu’il soit correct de générer de fausses attentes quant au fait que la solution à la crise actuelle ne viendra qu’avec de nouvelles élections. Au-delà des intentions, La demande d’élections est la même que dans leur ordre du jour, Guaidó et les pays impérialistes avec des gouvernements bourgeois qui le soutiennent et qui espèrent les gagner, ouvrant ainsi le pays au contrôle total de l’impérialisme yanke. Par conséquent, la proposition de référendum et d’élections dans un contexte antérieur au plan interventionniste de Guaidó et des États-Unis aurait pu être utile, mais pas maintenant, et encore moins mise en fonction d’un objectif erroné sous la tutelle de l’ONU, du Vatican et d’autres institutions. internationaux réactionnaires.

Lorsque cet espace appelé ARC a été créé, certains membres de Marea Socialista y ont participé pour donner notre avis et voir la possibilité de progresser de manière correcte. Aujourd’hui encore, nous pensons qu’une politique erronée a été consolidée dans son produit intérieur, à savoir le protagonisme de secteurs issus des forces politiques de la droite d’opposition avec le soutien erroné de camarades venant de Chavez. De cette façon, nous ne pensons pas que cela va résoudre la crise et que cela alimente en outre une sortie politique dans le cadre d’un programme de conciliation de classes et de bourgeois-démocrates, que nous ne partageons pas. C’est pourquoi, de MAREA SOCIALISTA, nous avons décidé de ne pas participer à cet espace appelé ARC. Avec quelques référents sociaux,

Nos propositions politiques

Dans la crise profonde que traverse notre pays, il n’ya pas de raccourci possible dans le cadre du régime capitaliste. Bien que ce soit un chemin plus long et plus difficile, nous pensons toujours, dans la situation actuelle, qu’un changement positif pour les travailleurs et les communautés ne viendra que d’un véritable bond en avant dans leur mobilisation réelle et massive, le seul qui puisse renverser la tendance actuelle, en faveur des travailleurs et du peuple. Nous promouvons cette voie et c’est pourquoi, au niveau politique, nous proposons de promouvoir les unités de gauche qui vont dans cette direction, tout en renforçant la construction nationale de notre organisation.

De MAREA SOCIALISTA, nous invitons les organisations politiques et sociales de gauche et engagées, référents sociaux et intellectuels indépendants de Guaidó, Maduro et de toute formation politique capitaliste, à s’asseoir et à discuter de la formation d’un front politique unitaire du à gauche parmi toutes nos forces, dans le cadre d’un programme anticapitaliste, ouvrier et véritablement socialiste. Et que cette unité se reflète dans l’impulsion commune de la lutte dans la classe ouvrière, le mouvement populaire et la jeunesse.

Notre engagement dans la lutte anti-impérialiste contre les projets de Guaidó et des États-Unis est total. Nous voulons que les Yankees soient libérés du Venezuela et de l’Amérique latine. Notre opposition aux projets économiques et politiques du gouvernement est également cohérente. Nous voulons que tous les responsables de cette crise partent par le biais d’une mobilisation indépendante et autonome. Avec le « Plan País » de Guaidó, nous perdrons toute souveraineté, livrerons le pays à l’empire et nous ne vivrons pas mieux. Maduro suivra le désastre actuel et la vie misérable et précaire de millions de personnes. C’est pourquoi nous sommes pour une sortie indépendante, ouvrière et populaire.

Nous sommes sur le point de développer une mobilisation autonome contre toute attaque impérialiste et toute ingérence extérieure qui veulent essayer les jours et les semaines à venir et de promouvoir des mesures concrètes contre les intérêts des États-Unis, une question que le gouvernement de Maduro ne fait pas. Nous sommes pour l’unité des peuples d’Amérique latine contre l’impérialisme yanke et ses partenaires, Duque, Bolsonaro, Macri et d’autres gouvernements complices des projets des États-Unis dans la région.

Nous sommes pour un plan d’urgence qui commence par une re-planification du système électrique, où ses travailleurs, ses techniciens et ses professionnels qualifiés évaluent la situation et proposent avec les communautés touchées un nouveau plan appartenant à l’État et à l’État, contrôlé et dirigé par ses travailleurs et les contrôle social de la population et non de la bureaucratie au pouvoir.

Nous sommes pour le contrôle total par les travailleurs du système pétrolier national, sans intervention ni participation de sociétés étrangères ou de dictats bureaucratiques / militaires. Nous sommes en faveur de l’interdiction de la mégaminería, de l’expulsion des sociétés minières et d’un débat démocratique avec les communautés et les travailleurs sur les formes possibles de production minière sans contamination ni destruction de l’environnement.

Nous sommes en faveur d’une augmentation salariale d’urgence en fonction du panier de base et, dans ce sens, nous poursuivrons notre réclamation introduite devant la Cour suprême en vue de l’application de l’article 91 de la Constitution qui l’établit, bien que nous n’attendions aucune attente de cette part mais la mobilisation des travailleurs pour y parvenir. Ce n’est pas vrai qu’il n’y a pas d’argent ; des millions de dollars proviennent de la rente pétrolière, du paiement inquiétant de la dette extérieure qui doit cesser et des millions qui se cachent dans des banques internationales dans le cadre du détournement de fonds de la nation. Avec ces ressources, la vie de millions de personnes peut être améliorée dès maintenant.

Nous sommes pour la récupération et le rapatriement des capitaux fugitifs et détournés et affectons ces ressources à l’importation urgente de denrées alimentaires et de médicaments pour répondre aux besoins sociaux colossaux.

Nous sommes pour le sauvetage des avoirs de PDVSA (comme Citgo) et des fonds financiers qui ont confisqué les États-Unis et d’autres pays impérialistes du Venezuela et pour prendre toutes les mesures possibles pour nous indemniser en tant que pays face à cet acte de vol.

Nous sommes pour le rejet des licenciements dans les secteurs public et privé avec la réintégration de tous ceux qui ont été licenciés. Et pour la production sous le contrôle des travailleurs de toute entreprise qui licencie ou menace de fermer. En termes simples, fonctionner au maximum de sa capacité à créer des entreprises d’État dans le domaine de l’alimentation et des produits de base laissés à l’abandon par le gouvernement.

Nous sommes pour le droit libre de la mobilisation et de la contestation sociale et contre tout type de répression étatique ou parapublique à des revendications justes et sincères des travailleurs et des populations touchées par la crise. Nous réclamons la liberté des travailleurs emprisonnés de se battre et d’annuler les procès de travailleurs et de paysans poursuivis pour avoir manifesté.

Nous sommes en faveur de l’organisation des syndicats libres et de la légalisation de nouveaux syndicats, sans aucune ingérence de la part de l’État, du gouvernement ou des employeurs de l’opposition.

Nous sommes pour la libre circulation et la diffusion des idées et des informations et pour la levée du blocus d’Etat, de la censure et des attaques contre les médias alternatifs et populaires Aporrea, un espace démocratique d’années de militantisme en faveur des droits des travailleurs. cela doit être respecté.

Contre la fausse démocratie proposée par Guaidó et la fausse assemblée constituante qui soutient le gouvernement, nous sommes sur le point d’imposer, à travers la mobilisation ouvrière et populaire, un processus de véritable constituante libre et souveraine où le peuple débat et décide de tout, avec une totale liberté de présentation pour tous partis politiques et tendances. Que le souverain ait le droit de décider quoi faire face à tous les grands problèmes nationaux qui génèrent cette crise, et ne le force pas simplement à choisir entre Maduro ou Guaidó, alors qu’il décide du destin du pays en dehors des pauvres et des travailleurs.

Dans le cadre d’un véritable processus constitutif, MAREA SOCIALISTA proposera un plan d’urgence intégral, anticapitaliste et véritablement socialiste, qui aboutit à toutes les ingérences et à tous les privilèges des sociétés pétrolières, minières et nationales nationales, ainsi qu’aux privilèges politiques des castes. les dirigeants et avec un pouvoir de justice et électoral dactylographié par le pouvoir politique ; nous voulons l’élection directe par vote populaire des membres du pouvoir judiciaire et du pouvoir électoral du CNE.

Nous avons ces propositions et d’autres dans le même sens, car nous sommes pour un gouvernement des travailleurs et du peuple, parce que nous voulons mettre fin au régime capitaliste dans toutes ses variantes et avec ses institutions antidémocratiques qui, d’une manière ou d’une autre, font sombrer notre pays.

Il est évident que nous sommes dans une nouvelle situation et que nous avons de nouvelles tâches politiques. Nous entamons à présent une nouvelle étape de notre construction en tant qu’organisation révolutionnaire, anticapitaliste, ouvrière et socialiste.

Dans cette relance politique et militante de MAREA SOCIALISTA, nous vous invitons à rejoindre tous ceux qui partagent ces objectifs. Aux travailleurs qui ont participé au processus bolivarien et vivent avec déception la catastrophe actuelle. Pour la jeunesse qui est née à la vie politique déjà dans cette crise et voit avec incertitude l’avenir. Aux femmes qui luttent pour leurs droits dans tous les secteurs populaires, pour l’égalité sur leur lieu de travail et contre tous les types de violence sexiste.

À tous, nous vous invitons à vous organiser avec MAREA SOCIALISTA pour construire un parti révolutionnaire des travailleurs, de la jeunesse, du féminisme anticapitaliste et anti-patriarcal. Une organisation militante, révolutionnaire et internationaliste ainsi que tous nos collègues d’Anticapitalistas en Red et de la nouvelle organisation internationale que nous souhaitons fonder, car la construction internationale est un élément décisif de la lutte fondamentale que nous menons contre le capitalisme impérialiste au Venezuela. et partout dans le monde.

Pour tout cela, nous vous invitons à faire de MAREA SOCIALISTA, une organisation de lutte, de travail et véritablement socialiste plus grande et plus forte. Pour atteindre ces objectifs, nous passerons le mois prochain à une plénière nationale de notre organisation où nous discuterons collectivement des moyens de renforcer cette voie.

Coordination nationale de la marée socialiste, 5 avril 2019

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mercredi 24 avril 2019