Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Ecologie > La Défense. Plus de 2000 personnes bloquent le siège de Total et EDF pour (...)

La Défense. Plus de 2000 personnes bloquent le siège de Total et EDF pour l’écologie

https://www.revolutionpermanente.fr/La-Defense-Plus-de-2000-personnes-bloquent-le-siege-de-Total-et-EDF-pour-l-ecologie

Ce vendredi depuis 9 heures, à l’occasion de la semaine de mobilisation mondiale pour le climat, plus de 2000 militants ont effectué une énorme opération de « désobéissance civile », occupant les sites de Total, EDF, de la société générale et du ministère de la transition écologique du centre d’affaires parisien. Une opération massive et réussie bloquant l’accès du site de La Défense.

Lili B
Un mois après la grève mondiale pour le climat, qui avait mobilisé massivement, se tient la semaine mondiale pour le climat. Dans un contexte où, face à l’urgence écologique et climatique, les mobilisations écologiques prennent de plus en plus de poids dans le paysage politique. Alors que les actions d’occupations, de manifestation et de blocages se sont multipliés ces derniers jours dans d’autres pays, notamment en Grande-Bretagne, aujourd’hui c’est à Paris que plus de deux milliers de personnes ont organisé une grosse opération de blocage et d’occupation.

En effet depuis 9h, ce vendredi, quelques milliers de militants écologistes, notamment de Greenpeace, Les Amis de la Terre, ANV Cop21 ont bloqué l’accès au site de la Défense, en occupant également et simultanément les bâtiments et locaux de Total, EDF, la Société générale et le ministère de la transition écologique du centre d’affaires parisien. Accompagnés de banderoles « La République des pollueurs », « Macron président des pollueurs » ou bien une « Scène de crime climatique ».

La volonté à travers cette action est la mise en cause de ce qu’ils appellent « La République des pollueurs » : dénoncer la politique menée par le gouvernement Macron en matière d’écologie ainsi que les collusions entre l’Etat et les entreprises responsables de la crise environnementale et climatique actuelle, à l’instar des multinationales comme Total, l’une des entreprises les plus polluantes au monde et qui dépense le plus pour influencer l’élaboration des lois en Europe, EDF, Areva, dans lesquelles l’Etat a réinjecté 10 milliards d’euros, et compagnie.

Opération : succès : les 4 bâtiments ont pu être occupés. L’arrivée des policiers n’a dès lors pas tardé. Des policiers cagoulés et en tenue de maintien de l’ordre arrivent devant le siège du géant pétrolier. Au siège de #Total, l’entreprise a mis à fond le chauffage pour étouffer les activistes bloquant l’intérieur et pour se moquer ouvertement des revendications. Un peu plus tard, des militants signalaient que dans l’immeuble Total, le chauffage avait été poussé dans le hall et dans le sas d’entrée. Pas de quoi décourager des activistes, qui aiment à chanter : « On est plus chauds, plus chauds, plus chauds que le climat ! ».

Sur le coup de 14h, la répression policière commence : des policiers délogent les bloqueurs d’EDF. Sur place, les militants se font traîner un à un à l’extérieur d’un périmètre policier.

La répression, à travers les délogements et les coups de gaz lacrymo s’est poursuivie tout l’après-midi. Comme le montre dans un petit aperçu cette vidéo :

Malgré la répression et les évacuations, plusieurs centaines de manifestants sont restés assis devant les locaux jusqu’en fin de journée, en dénonçant le rôle criminel des multinationales dans l’état d’urgence climatique actuel ainsi que le rôle du gouvernement.

Il est clair que pour faire plier ce gouvernement, il va falloir faire grossir le rapport de forces, qui s’est exercé depuis des mois à la répression sur les Gilets Jaunes, à coups de flashball, d’interdictions de manifestation et de condamnations lourdes. Eux aussi dénoncent depuis des mois l’influence des multinationales et des grandes fortunes sur la politique du gouvernement, asservi à ces intérêts. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que plusieurs militants portaient des Gilets Jaunes lors de l’action de la Défense. Demain, ceux-ci ont lancé pour l’acte 23 l’ultimatum n°2 : ce sera l’occasion pour faire converger les colères et chanter à l’unisson : « fin du monde, fin du mois, même combat » contre toute tentative d’instrumentalisation de la cause écologique pour discréditer les revendications des Gilets Jaunes.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 5 août 2019