Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Anti-fascisme, contre le racisme, migrants et réfugiés > Migrants : le gouvernement veut rogner sur les miettes en restreignant le (...)

Migrants : le gouvernement veut rogner sur les miettes en restreignant le droit d’asile

https://www.revolutionpermanente.fr/Migrants-le-gouvernement-veut-rogner-sur-les-miettes-en-restreignant-le-droit-d-asile

Le débat sur l’immigration à peine ouvert, le gouvernement veut déjà rogner sur les aides aux migrants et refuser les « conditions matérielles d’accueil » pour les réfugiés ayant déjà déposé un dossier dans un autre pays.

Boris Lefebvre
Cette semaine, le gouvernement a ouvert le chapitre de la question migratoire au moment même où Macron s’en va chasser sur les terres les plus réactionnaires du Rassemblement national avec sa rhétorique islamophobe. Tandis que le premier ministre affirmait lundi dernier à l’Assemblée nationale n’avoir pas peur de « l’idée de quotas » à propos des flux migratoires, Castaner s’est illustré mercredi au Sénat sur les conditions d’accueil des demandeurs d’asile.

Ainsi, dans l’optique de réduire de 22% le nombre de demande d’asile et de faire des économies de bout de chandelle, le ministre l’intérieur souhaiterait que les demandeurs d’asile ayant fait plusieurs demandes dans des pays européens ne se voient pas accorder en France les « conditions matérielles d’accueil ». En clair, le ministre demande à ce que l’hébergement et les 6,80 euros quotidien de l’allocation pour demandeurs d’asile ne soient pas accordés à des personnes qui ont bravé tous les dangers pour échapper à la guerre ou à la misère. Car ce type de cas concerne presque 30 % des demandeurs d’asile qui cherchent à optimiser leurs chances de s’en sortir en demandant l’asile à plusieurs pays à la fois.

Réduire les mouvements migratoires « secondaires », c’est-à-dire les mouvements de réfugiés ayant trouvé asile dans un pays européen et se déplaçant vers un autre pays européen avec ou sans visa, voilà l’objectif du gouvernement. En somme, c’est à un contrôle encore plus strict des frontières que cette proposition revient et ce alors même que la loi Asile-immigration renforçait déjà les dispositifs répressifs en place.

Gérard Sadik, responsable de La Cimade sur les questions de droit d’asile, rappelle que cette mesure est un vieux refrain de la droite mais qu’elle n’est pas conforme au droit européen. La législation en vigueur dans l’Union européenne n’étant déjà pas favorable à l’immigration et aux demandeurs d’asile, il est évident que la proposition du gouvernement a tout d’une attaque en règle contre les migrants.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 9 décembre 2019