Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Luttes sociales > Après l’immolation d’un jeune à Lyon, la jeunesse se mobilise partout en (...)

Après l’immolation d’un jeune à Lyon, la jeunesse se mobilise partout en France

https://www.revolutionpermanente.fr/Apres-l-immolation-d-un-jeune-a-Lyon-la-jeunesse-se-mobilise-partout-en-France

#LaPrecariteTue
Après l’immolation d’un jeune à Lyon, la jeunesse se mobilise partout en France

Ce vendredi, Anas, étudiant de 22 ans et vivant dans une précarité extrême, s’est immolé devant le bâtiment du CROUS à Lyon. Ce mardi, de nombreuses actions et rassemblements sont en cours, dans les universités et devant les CROUS. Petit tour d’horizon.

Julian Vadis
De nombreux manifestants rassemblés devant le CROUS à Lyon, ce 12 novembre // Crédits photo : Twitter / Circé-tincelle

Ce vendredi 8 novembre, Anas, jeune étudiant de 22 ans à Lyon et vivant dans une précarité extrême, écrivait un message sur Facebook annonçant qu’il s’apprêtait à « commettre l’irréparable ». Militant à Solidaires EtudiantEs, Anas dénonçait les politiques de précarisation de la jeunesse, accusant directement Macron, Hollande, Sarkozy et l’Union Européenne de l’avoir poussé à vouloir mettre fin à ses jours. Dans la foulée de son message sur les réseaux sociaux, le jeune homme s’est aspergé d’essence et c’est immolé devant le bâtiment du CROUS, à Lyon. Brûlé à 90%, Anas est aujourd’hui entre la vie et la mort, selon les informations disponibles.

Un acte extrême qui a suscité une vague d’émotion dans la jeunesse. Ce mardi 12 novembre, de nombreux rassemblements et actions sont organisés partout dans le pays.

Forte mobilisation à Lyon. L’Université Lyon 2 bloqué demain


Dès ce matin à Lyon, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment du CROUS pour afficher leur solidarité avec Anas et dénoncé la précarité extrême dans laquelle vivent des milliers d’étudiants.


Le rassemblement s’est ensuite transformé en manifestation, du bâtiment du CROUS jusque devant le rectorat.

Enfin, une action « resto U gratuit » a été organisée, avant que des centaines d’étudiant.e.s ne se retrouvent sur le campus de l’Université de Lyon 2. Le blocage du campus pour demain matin a été voté, ainsi qu’une nouvelle journée de mobilisation.
A Paris, mobilisation dans les Universités. Un rassemblement à 18h devant le CROUS

A Paris aussi, la mobilisation est de mise sur les différents campus universitaires. Tout au long de la matinée et de la journée, ce sont avant tout des tours d’amphi, des tractages et autres « lettrages » qui sont à l’ordre du jour sur la majorité des campus en vue d’un rassemblement prévu devant les locaux du CROUS de Paris, à 18h. A l’Université de Paris 8, un premier rassemblement aura lieu à 16h30 sur le campus, avant de rejoindre le rassemblement central.

« Lettrage » devant le site de Paris 1 Tolbiac ce 12 novembre / Crédits : Révolution Permanente

A l’Université de Paris 3, une assemblée générale s’est tenue dès ce matin. Une centaine d’étudiant.e.s y ont participé, et ont voté une série de revendications. En premier lieux, le versement de l’ensemble des bourses en retard, une augmentation générale des bourses et l’indexation de leur montant sur l’inflation. La revendication de la gratuité des transports pour toutes et tous (RATP, SNCF) a également été voté, alors qu’une nouvelle assemblée générale est appelée pour ce jeudi. Enfin, les étudiant.e.s de Paris 3 ont également annoncés leur participation au rassemblement de 18h.

Partout en France, la jeunesse se mobilise

A Toulouse, la journée de mobilisation a commencé tôt ce matin, avec un tractage massif devant l’Université du Mirail, ce qui a conduit à une situation inédite, avec la venue de policiers pour « contrôler » le contenu des tracts. Malgré ce coup de pression, un premier rassemblement s’est tenu à midi sur le campus, et a réuni près de 400 personnes. Une assemblée générale se tiendra également dès ce jeudi.

A 14h, un second rassemblement été appelé, en centre ville cette fois, rue du Taur devant le bâtiment du CROUS. Malgré de nombreux contrôles aux abords du bâtiment, ce sont 300 personnes qui se sont rassemblées. Les locaux du CROUS ont été envahis.

Dès 8h ce matin, la faculté de Droit de Lille a été bloqué en solidarité avec Anas, contre la précarité et contre la venue de François Hollande, directement nommé par le jeune étudiant lyonnais comme l’un des responsables de son acte. Très vite, la répression a frappé et selon nos informations, le blocage a été délogé dans la matinée.


Pas de quoi démoraliser les manifestants lillois, qui ont pris la rue avec un cortège très fourni.


A Nantes, un rassemblement s’est tenu sur le campus de l’Université, selon les informations de Nantes Révoltés.


A Bordeaux, une action été organisé ce matin afin d’appeler au rassemblement qui se tiendra devant le CROUS à 18h. Depuis le parvis de l’Université de Bordeaux Victoire, un cortège s’élancera à 17h30.

Enfin, à Montpellier, un rassemblement était appelé à 14h, là encore devant les locaux du CROUS. Une centaine de manifestants ont répondu à l’appel et le rassemblement s’est conclu avec différentes prises de paroles. La volonté de convergence a été au cœur des interventions, notamment autour de la question du 5 décembre comme date clé pour une mobilisation d’ensemble contre Macron et son monde.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le lundi 16 décembre 2019