Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA 09 > FESTIVAL CINÉMA ET DROITS HUMAINS A LAVELANET : PLEINE RÉUSSITE POUR (...)

FESTIVAL CINÉMA ET DROITS HUMAINS A LAVELANET : PLEINE RÉUSSITE POUR L’ÉDITION 2020 !

Le « Festival Cinéma et Droits Humains » a lieu en janvier dans tout Midi-Pyrénées et en particulier à Lavelanet. Les associations organisatrices en Ariège, l’ACAT ( Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture ), Couserans-Palestine, CCFD-Terre solidaire ( Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement ), Amnesty International, ont, à chacune des soirées, remercié le cinéma municipal « Le Casino », son équipe et son directeur, Jacques Vergnes. C’est, en effet, grâce à cet équipement public rénové et des personnels compétents et disponibles que le succès de ce festival est possible, sans oublier, bien sûr, le militantisme efficace des adhérent-e-s des associations.
Le choix des films documentaires et des thèmes de débat est toujours pertinent. Le public se fidélise et s’ accroît. Saluons donc cette initiative culturelle en Pays d’Olmes.
Quatre sujets en 2020 sur lesquels nous revenons rapidement en renvoyant à des liens pour poursuivre les questionnements.

RWANDA :

« Rwanda, la force du pardon », soirée animée par l’ACAT avec pour intervenant le père Jean Kadende, curé de Lavelanet et originaire du Burundi, pays qui a connu et connaît encore des massacres à prétexte ethnique, comme en a connus le Rwanda voisin. Violence et répression qui ont frappé Jean Kadende, même s’il n’en fait pas trop cas, oubliant son histoire personnelle pour évoquer la souffrance des peuples. Position courageuse également quand on sait la répression dont sont victimes les membres de l’ACAT au Burundi.
Le film documentaire devait faire réagir de façon assez vive un des spectateurs, universitaire de Montpellier qui avait travaillé à une thèse de doctorat sur le génocide rwandais avec des témoignages de victimes. Comment était-il possible de pardonner de tels crimes et comment victimes et meurtriers pouvaient-ils vivre de nouveau ensemble ?
Ce pardon n’était possible que dans certains cas, dans le cadre d’une vie communautaire géographique ( les collines) et après reconnaissance de la faute ( de son degré ) et sanction contre celle-ci . L’ACAT affirmant bien que son refus de la torture et de la peine de mort va avec l’impératif de punition contre le crime et la violence.
Il était également noté l’effort du nouveau gouvernement rwandais pour ne pas oublier le génocide et ses causes. Dans le documentaire, un historien rappelait les responsabilité du colonisateur belge dans la division ethnique artificielle ...
Sur le même sujet :

https://www.telerama.fr/television/rwanda-portraits-du-pardon,-un-documentaire-qui-pose-la-douloureuse-question-de-la-reconciliation,n6231108.php

Sans oublier les responsabilités des gouvernements de la France et leur complicité dans le génocide :

https://npa2009.org/idees/histoire/les-operations-francaises-au-rwanda-ont-constitue-un-soutien-aux-extremistes-hutus

GAZA :

Soirée animée par Couserans-Palestine avec pour intervenante Mado Gallego, militante de longue date et connaissant bien la Palestine pour être allée sur le terrain plusieurs fois.
Le film, excellent sur la forme et le fond, montrait bien Gaza : une prison à ciel ouvert. Ciel duquel arrivent les missiles et bombes lancées par l’Etat d’Israël et son armée sur-équipée.
Gaza, prison et piège, donc. Le public, encore sous l’ambiance tendue de la vie quotidienne à Gaza avait du mal à parler. Mado Gallego sut lancer la discussion et répondre de façon directe et accessible aux sujets tels que la confusion entretenue entre antisionisme et antisémitisme. Elle engageait également à rejoindre la lutte de résistance solidaire avec la Palestine en soutenant la campagne BDS ( Boycott, Désinvestissement, Sanctions ). Beaucoup de participant-e-s s’inscrivaient dans ce combat.
Le film :

https://voir-vostfr.streamingenfilmvf.fr/gaza-film-stream-566212/

Et le point de vue du NPA ( membre de la campagne BDS ).

https://npa2009.org/communique/solidarite-avec-gaza

L’ ÂGE DE L’ANTHROPOCÈNE :

Soirée animée par le CCFD-Terre solidaire avec comme intervenants le réalisateur Gwarr GREFF et le chercheur CNRS-CERCOS Jean-Michel HUPÉ, membre de l’atelier d’écologie politique mis en place à Toulouse et dont il est question dans le film :
https://www.youtube.com/watch?v=NOEO_Gg-VAQ

Film précédé de la lecture par Sylvia d’un beau poème de Pablo Neruda, initiative en partenariat avec la médiathèque de Lavelanet.

http://ombretlumiere.canalblog.com/archives/2006/11/03/3071712.html

Un débat riche et varié comme le montre le film avec des intervenants objectifs mais engagés.
Pour poursuivre ce débat où nous préférons le terme « capitalocène » à celui d’ « anthropocène », des conseils de lecture ;
« L’impossible capitalisme vert » de Daniel Tanuro ,

https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-L_impossible_capitalisme_vert-9782707173232.html

« Plan B pour la planète, le New-deal vert » de Naomi Klein.

https://www.actes-sud.fr/catalogue/sciences-humaines-et-sociales-sciences/plan-b-pour-la-planete-le-new-deal-vert

« Marx était-il écosocialiste ? »
https://www.gaucheanticapitaliste.org/marx-etait-il-ecosocialiste/

MON PAYS FABRIQUE DES ARMES :

Soirée animée par Amnesty International avec pour intervenants Slafko Petrysyn ( responsable régional ) et Mbaye Diallo ( un des animateurs de la commission « armement » d’Amnesty ).
Un sujet souvent peu abordé en France et c’est le mérite d’Amnesty d’avoir permis de recevoir des informations et de prendre position dans un domaine où le « secret défense » bloque tout. La liberté de la presse étant par conséquent, une des victimes de cette « omerta » au nom de la « défense », de l’emploi et de la balance des paiements ...
Encore un film très bien fait qui dénonce la responsabilité de notre pays dans les livraisons d’armes à des dictatures et à des pays en guerre massacrant des populations civiles :
https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2018/10/23/mon-pays-fabrique-des-armes-une-equipe-france-si-bien-armee_5373391_1655027.html

Le débat permettait des précisions supplémentaires et s’exprimait la volonté d’un désarmement général avec reconversion des industries d’armement, ce qui n’est pas le combat d’Amnesty, qui se limite, au possible dans l’immédiat : réglementer le commerce des armes.

Et donc, la position du NPA sur le sujet :
https://npa2009.org/arguments/societe/arreter-la-folle-course-aux-armements-et-la-guerre

Nous attendons avec impatience l’édition 2021 du festival « Cinéma et Droits Humains ».

JCS.

P.-S.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 4 juillet 2020