Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > International > Trump menace d’envoyer l’armée à Minneapolis tandis que les manifestations (...)

Trump menace d’envoyer l’armée à Minneapolis tandis que les manifestations contre l’assassinat de George Floyd s’intensifient

Crédit Photo :
Arrestation du reporter de CNN Omar Jimenez alors qu’il couvrait les manifestations de Minneapolis. DR.
Jake Johnson

Article publié le 29 mai sur Common Dreams.

Alors que des manifestations contre l’assassinat de George Floyd par la police ont eu lieu pour la troisième nuit consécutive à Minneapolis, jeudi soir, et se sont poursuivies jusqu’aux premières heures du matin, le président Donald Trump – qui ne s’est quasiment pas exprimé cette semaine à propos de la mort de Floyd – a menacé, peu après minuit, d’envoyer l’armée pour occuper la ville, avec un feu vert pour tirer sur les manifestants qui provoqueraient des dégâts matériels.

« Si les pillages commencent, les tirs commenceront »

Trump a twitté : « Je ne peux pas rester à regarder ce qui arrive à une grande ville américaine, Minneapolis. Une absence totale de leadership. Soit le très faible maire de gauche radicale, Jacob Frey, se ressaisit et reprend le contrôle de la ville, ou alors j’envoie la Garde nationale et le travail sera fait ». Puis : « Ces VOYOUS déshonorent la mémoire de George Floyd, et je ne laisserai pas ça se produire. Je viens de parler au gouverneur Tim Walz et je lui ai dit que l’armée était avec lui jusqu’au bout. À la moindre difficulté, nous prendrons le contrôle, mais si les pillages commencent, les tirs commenceront. Merci ! »

Twitter a considéré que ce dernier tweet était en violation des règles de la plate-forme concernant « l’apologie de la violence », et l’a fait suivre d’un avertissement d’intérêt public.

En réponse à l’attaque du président, [le maire] Frey a déclaré lors d’une conférence de presse que « Donald Trump ne connait rien à la force de Minneapolis. » « Est-ce une période difficile ? Oui. Mais vous pouvez être certains que nous allons surmonter tout cela », a-t-il ajouté.

Commissariat incendié

Les tweets du président sont arrivés quelques heures après que le gouverneur du Minnesota Tim Walz, un Démocrate, eut déployé 500 membres de la Garde nationale à Minneapolis alors que des milliers de manifestants défilaient dans les rues de la ville. Jeudi soir, tard dans la nuit, des manifestants ont pénétré dans le commissariat de police n°3 de Minneapolis, et ont incendié le bâtiment.

Les manifestants et la famille de Floyd demandent que des poursuites pour meurtre soient engagées contre les quatre policiers qui étaient présents lorsque Floyd a été interpellé pour avoir prétendument utilisé un faux billet de 20 dollars dans une épicerie. La vidéo qui a été rendue publique mardi montre le désormais ex-officier de police Derek Chauvin agenouillé sur la nuque de George Floyd, ignorant les appels au secours de l’homme menotté.

Trump n’a pas dit un mot au sujet du meurtre de Floyd pendant plus de 24 heures après que la vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux, entraînant le renvoi de quatre officiers de police. À des journalistes à qui il parlait jeudi en fin d’après-midi, Trump a affirmé que la vidéo était « très choquante à voir » : « C’est une très, très mauvaise chose que j’ai vue. Je l’ai vue hier soir et je n’ai pas aimé. Ce que j’ai vu n’était pas bien. Très mauvais. »

Scandale national

Le meurtre de Floyd a déclenché un scandale national, et l’exigence d’une enquête fédérale approfondie de la part de membres du Congrès, de groupes des droits civiques et de Joe Biden.

« Près de six ans après qu’Eric Garner eut crié « Je ne peux pas respirer », un autre homme noir désarmé a prononcé les mêmes mots alors qu’il était étouffé pendant plusieurs minutes par des officiers de Minneapolis, jusqu’à en mourir. George Floyd devrait être en vie aujourd’hui – et rien ne peut justifier un tel usage létal de la force » : c’est ce qu’ont déclaré, dans un communiqué commun, la Leadership Conference on Civil and Human Rights, Black Visions Collective, le Native American Community Development Institute, et UNIDOS MN.

Jeudi soir, les manifestations contre le meurtre de Floyd se sont répandues dans tout le pays, avec des milliers de manifestants dans les rues de l’Ohio, de New York, du Colorado et de bien d’autres États. Des officiers de police ont tiré des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène sur les foules qui se rassemblaient à Denver et Colombus.

« Je voudrais que tout le monde soit pacifique, mais les gens sont bouleversés et blessés car ils ont en marre de voir des hommes noirs mourir, encore et encore », a déclaré Philonise Floyd, le frère de George Floyd, sur CNN jeudi soir. « Je ne veux pas qu’ils se déchaînent comme ça, mais je ne peux pas retenir les gens car ils souffrent, tout comme je souffre. »

Benjamin Crump, l’avocat représentant la famille Floyd, a quant à lui twitté jeudi qu’il était « scandaleux [que] les quatre officiers de police de Minneapolis qui ont assassiné George Floyd se promènent toujours librement ».

Traduction Julien Salingue

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mardi 22 septembre 2020