Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Autoritaire, antisocial, raciste… Pas de cadeaux à ce pouvoir (...)

Autoritaire, antisocial, raciste… Pas de cadeaux à ce pouvoir !

Crédit Photo Photothèque Rouge / Martin Noda / Hans Lucas

Leur bilan de fin d’année est éloquent... Alors qu’ils se montrent toujours incapable de proposer une politique cohérente pour résister à la pandémie de Covid-19, Macron, Castex, Darmanin et leurs amis poursuivent leur fuite en avant autoritaire et sécuritaire.

Travail, famille et couvre-feu

Comme on pouvait s’y attendre, les courbes de contaminations au Covid-19 sont sans appel, bien loin du seuil des 5 000 cas diagnostiqués par jour, fixé comme objectif par Macron. Sans surprise, les mesures annoncées jeudi dernier sont dans la droite ligne des précédentes : travail, famille, répression ! Si, à partir de ce mardi 15 décembre, il est de nouveau possible de se déplacer partout sur le territoire sans attestation... nous serons sous le régime du couvre-feu entre 20 heures et 6 heures. Tous les établissements recevant du public (théâtres, cinémas, stades) restent fermés encore trois semaines. Avec pour seul cadeau la soirée du réveillon de Noël… Et pour le reste, c’est sanction généralisée si on sort des clous !

Le gouvernement garde donc le cap fixé par Macron dans son allocution d’il y a trois semaines, tout en révisant ses ambitions à la baisse… Ce qui ne l’empêche pourtant pas de se féliciter de sa politique ! Le nombre d’hospitalisations peut bien être supérieur à celui du mois de mai, la politique de « traçage » avoir peu d’effets et le nombre de travailleurEs pauvres augmenter, peu importe !

Du contrôle social à la répression générale

La méthode du pouvoir reste inchangée : contrôle des populations et répression renforcée. Au lieu de s’appuyer sur la solidarité et l’auto-organisation de la population, de conjuguer accompagnement bienveillant et mesures sanitaires et sociales cohérentes, l’approche punitive reste la règle. Gare aux amendes, et restez touTEs chez vous… sauf pour bosser !

De cette approche répressive d’une politique de santé publique au déploiement de toute la panoplie sécuritaire, il n’y a qu’une ligne, droite et tout à fait cohérente... Le gouvernement a beau avoir manœuvré en laissant la main aux parlementaires pour réécrire l’article 24 de la loi « sécurité globale », ce sont encore des dizaines de milliers de personnes qui étaient dans la rue samedi dernier pour exiger le retrait du projet, auquel se conjugue le refus de toutes les lois liberticides, dont le projet de loi sur le « séparatisme » qui stigmatise les musulmanEs…

Dès lors, comme lors des manifestations parisiennes de ces dernières semaines, il ne reste plus au pouvoir que le déploiement policier disproportionné, les provocations, les arrestations et les gardes à vue totalement arbitraires, pour tenter d’empêcher que notre colère s’exprime collectivement dans la rue.

« On répond quoi ? Résistance ! »

À l’opposé des mesures inefficaces du gouvernement contre la pandémie, c’est de l’organisation de la solidarité par la population elle-même, hors de toute logique du profit et contre toutes les mesures liberticides, dont nous avons besoin. Sans recrutements massifs dans les hôpitaux, sans embauches pour la recherche des cas contacts, sans développement d’une politique de santé communautaire alliant professionnelEs de santé et population, sans mesures sociales (garanties de revenu, conditions d’hébergement dignes et acceptables par la personne et ses proches, soins gratuits…), pas grand-chose n’est possible pour combattre ce virus.

Pour une politique de santé publique cohérente, contre les lois et mesures liberticides, il n’y a pas de trêve dans la mobilisation. Dès ces prochains jours, à l’occasion de la journée internationale des migrantEs vendredi 18 décembre, nous serons au côté des sans-papiers pour exiger leur régularisation. Et en janvier s’annoncent déjà des initiatives (grèves et manifestations) contre les licenciements et les suppressions de postes, pour le service public d’éducation ou contre la loi de sécurité globale. Pour la défense de nos droits, pour nos libertés, la mobilisation solidaire doit continuer.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le vendredi 15 janvier 2021