Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Ecologie > Roybon (38) : créons une, deux, trois ZAD !

Roybon (38) : créons une, deux, trois ZAD !

Mille cottages et 5 000 lits sur 200 ha (six fois plus que Sivens), avec restaurants et équipements de loisirs (piscine, jacuzzi, une bulle transparente « aquamundo » maintenue à 29°C toute l’année…). Tout cela au cœur d’une forêt centenaire, protégée, car une bonne partie est une « zone humide », avec 40 espèces protégées et alimentant un réseau d’eau potable.
Ce projet est en grande partie subventionné par des fonds publics : 36,5 millions d’euros et 35,4 millions d’euros de cadeau de la commune de Roybon qui a vendu un terrain constructible de 200 hectares à 0,30 euros le m2 (prix normal du marché : 18 euros), ce qui place à 240 000 euros la subvention par emploi créé ! 48 % des 468 emplois équivalent temps plein prévus seront du nettoyage et à temps partiel (moins de 12 heures par semaine).
120 hectares de forêt détruits, une consommation d’eau équivalente à celle d’une ville de 8 000 habitants et au moins 17 espèces protégées seraient menacées de disparition.

La résistance s’organise
Promu au départ par le PS au conseil général de l’Isère et soutenu par la droite (UMP et UDI), le PCF se déclare depuis ce 1er décembre pour un référendum mais José Arias, vice-président PCF du conseil général, assume avoir « voté “pour” en novembre 2014 »...
Selon la loi sur l’eau, le dossier a été déclaré irrecevable par la commission d’enquête publique au mois d’août dernier. Cela n’a pas empêché le préfet de l’Isère de signer, les 3 et 17 octobre, deux arrêtés autorisant le projet au titre de la loi sur l’eau et des espèces protégées... De son côté, le groupe Pierre & Vacances est devenu propriétaire des 202 hectares de terrains depuis le 17 octobre. Comme à Sivens, le préfet et les élus locaux jouent la carte du fait accompli sans attendre les résultats des procédures judiciaires en cours. 30 ha de forêt sur 200 ont déjà été rasés depuis le 20 octobre.
Mais la manif-rassemblement du 30 novembre a rassemblé plus de monde que les fois précédentes (environ 1 200 personnes), avec occupation d’une maison forestière abandonnée en bordure du chantier. Depuis, ça s’accélère. Le 1er décembre, blocages des travaux devant huissiers. Le lendemain, le président PS du conseil régional demande au préfet de région de suspendre les travaux... jusqu’au 12 décembre, date d’un référé au tribunal de Grenoble intenté par deux associations, les pêcheurs drômois et la Frapna (puissante association en Rhône-Alpes). Le samedi 6 décembre une marche aux flambeaux a de nouveau fait entendre notre détermination à stopper les travaux. Les fédérations NPA (Isère et Drôme) se sont prononcées sans ambiguïté contre le projet de Center Parcs.

CorrespondantEs Drôme et Isère

Blog des zadistes :http://zadroybon.wordpress.com
Blog des opposantEs de l’association « Pour les Chambarans sans Center Parcs » (650 adhérentsE) : http://www.pcscp.org
Blog « historique » d’opposantEs : http://chambarans.unblog.fr

P.-S.

http://zadroybon.wordpress.com/?ref=spelling

Déclaration écrite le 14 décembre 2014

A ce jour, aux vu de la désinformation pratiquée par de trop nombreux médias, et de la manipulation des informations, nous souhaitons informer de manière officielle que nous nous attacherons dorénavant à communiquer par nous-mêmes vidéos, prises de positions et rapports des activités et de la situation vue par les occupants de la Maquizad.
Dernières actualités de la lutte :

Rappel : Nous luttons pour l’arrêt du chantier de déforestation de la forêt domaniale des Chambaran sur la commune de Roybon ainsi que l’abandon du projet d’implantation d’un Center Parcs sur cette zone humide par le groupe Pierre et Vacances.

- Jeudi 11 décembre 2014 :

1/ Ce jour, le tribunal administratif statuait sur un report, au jeudi 18 décembre, des comptes rendus d’audience concernant les recours en référé. Une suspension visant à l’abandon du chantier déposés par le PCSCP (Pour des Chambarans Sans Center Parc), la FRAPNA Rhône-Alpes (Fédération Rhône-Alpes de la Protection de la Nature) et de la fédération de pêche de la Drôme ainsi que l’union régionale des fédérations départementales des associations agréées de pêche.

Jeudi prochain le 18 décembre, la décision sera un tournant majeur dans la lutte.

En effet, le compte rendu d’audience statuera sur la légitimité juridique de la déforestation et de la construction du parc. Pour nous, occupant(e)s de la ZAD, cela ne change rien, car dans la légitimité de demain, nous sommes toutes et tous responsables de l’état de notre planète et de ce que nous en ferons.

 » Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire » disait A. Einstein.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 22 juin 2019