Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Anti-fascisme, contre le racisme, migrants et réfugiés > Migrant-E-s : « L’esprit du 11 janvier » et les herbes folles de la (...)

Migrant-E-s : « L’esprit du 11 janvier » et les herbes folles de la République

Crédit Photo : La République accueille... DR

Le fameux « esprit du 11 janvier » va à nouveau occuper la place de la République ce dimanche à Paris. Avec Johnny, avec les chœurs de l’armée française (sans blague ?), avec François Hollande... Une seule tache pour le pouvoir dans ce tableau édifiant des « valeurs de la République » : les migrantEs qui campent sur la place.

Alors par trois fois le pouvoir a essayé de les chasser. Temporairement le score est 2-1 en faveur des migrantEs contre la police.

Le lundi 28 décembre en fin d’après-midi, les flics ont encerclé une soixantaine de migrantEs, menaçant d’utiliser la force pour les disperser et les forcer à prendre le métro, puis ont dû abandonner sous la pression d’autres migrantEs arrivés sur place.

Le mercredi 30, les flics sont revenus en force. A 7h cette fois, prenant les migrantEs au réveil qui ont d’abord cru qu’il y avait des hébergements à la clef. Ils ont tous fini dans un commissariat... et remis à la rue !

Le soir même, ils revenaient, avec un rassemblement de soutien. Des forces considérables de police ont alors été déployées pour faire une nasse. Mais 150 migrantEs et autant de soutiens ont refusé de bouger, les unEs – dans la nasse – chantant, lançant des slogans pendant plus de deux heures, tandis que les autres prenaient les flics à leur propre piège en les encerclant et en tournant autour d’eux. Jusqu’à ce que les flics abandonnent...

L’hypocrisie des beaux discours

Le réveillon des migrants a pu se tenir sur la place de la République avec une banderole hissée à minuit sous les acclamations. Deux jours plus tard, des bâches ont été installées puis des dizaines de tentes ont poussé. Tout cela sans réaction des autorités.

Cela ne va pas durer et sera sans doute terminé quand vous lirez cet article. La place doit être « nettoyée » pour ne par ternir la « fête » nationaliste. La détermination des migrantEs va-t-elle encore payer avec des hébergements, ou le pouvoir se permettra-t-il une expulsion de force ? Deux choses sont sûres. La première, c’est que cela démontrera encore une fois l’hypocrisie des discours qui seront tenus dimanche sur cette même place. La seconde, c’est que tout cela n’a rien à voir avec l’état d’urgence, qui permet un concert de masse célébrant la nation et l’armée mais réprime ceux qui les contestent.

Décidément, comme le symbolisent leurs tentes sur une place de la République que les autorités voudraient « propre » et parée de drapeaux tricolores, les migrantEs sont les herbes folles d’une République hygiéniste. Raison de plus d’être avec eux et elles.

Denis Godard

P.-S.

Communiqué unitaire. Place de la République : Solidarité avec les migrantEs. Rassemblement vendredi 8 janvier

Dimanche, place de la République se tiendra un hommage aux victimes des attaques contre Charlie Hebdo et l’Hypercasher.

Aujourd’hui des migrantEs campent sur cette même place pour demander un hébergement.

Nous ne pouvons tolérer l’idée que l’hommage prévu devienne une raison d’expulser ces migrantEs sans solution d’hébergement.

Nous demandons donc que des hébergements soient accordés aux migrantEs de la place de la République.

Pour assurer qu’une solution soit trouvée et en solidarité avec les migrants, nous appelons à un rassemblement d’urgence ce vendredi 8 janvier, place de la République à 18H00.

Premiers signataires : Collectif Paris 20è solidaire avec les migrants, CSP75, CISPM (Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants), DAL, Droits Devants, Ecologie sociale, EELV Paris, NPA, UJFP

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le mardi 22 octobre 2019