Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA national > Contre l’extrême droite et Macron : mobilisation générale pour le Nouveau Front (...)

Contre l’extrême droite et Macron : mobilisation générale pour le Nouveau Front populaire

Décidément, tout va très vite dans cette campagne, et l’on sent bien que la macronie, passé la sidération de la dissolution, est en panique. Même Le Monde est obligé de parler de la disgrâce entre Emmanuel Macron et les FrançaisEs.

D’abord, nos dirigeants se sont attaqués au programme économique, appelant à la raison. Laquelle ? La raison du marché, bien évidemment ! Ainsi, le président du Medef livrait son verdict le 19 juin dernier dans le Figaro : « Le programme du Rassemblement national est dangereux pour l’économie française, la croissance et l’emploi ; celui du Nouveau Front populaire [NFP] l’est tout autant, voire plus. »

Le ton est donné. Si le Medef prétend ne pas faire de politique, le voici quand même face à sa peur du Nouveau Front populaire, comme avant lui les investisseurs et le CAC40 (voir l’édito de l’Anti­capitaliste n° 713, du 20 juin). Certes, aucun n’aime l’instabilité, surtout aucun n’aime voir menacés les dividendes et les profits. Et, il n’est pas impossible qu’une partie du patronat soit tenté par le RN comme recours, face à la macronie en déroute.

Le programme économique de la bourgeoisie et sa panique morale

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, n’en finit pas de sortir l’artillerie lourde contre les deux programmes pour défendre les vertus du marché et des cadeaux aux entreprises, en homme de droite qu’il est. Et de fustiger le NFP : « Travailler moins pour gagner plus, c’est très séduisant mais ça ne va pas marcher », déclarait-il sur RMC le 25 juin. De notre côté, on a cru comprendre, que « travailler plus pour gagner plus », tant vanté par l’ancien président Sarkozy, ne marchait pas non plus.

Puis, une partie de la macronie est passé aux amalgames honteux sur l’antisémitisme lancés contre LFI, en particulier et sur nous également, repris sans vergogne par Marine Le Pen. Ils montrent que c’est à la disqualification qu’ils s’en remettent (voir l’édito de cette semaine) et avec qui ils sont prêts à s’allier.

Et Bruno Le Maire de le prouver une fois de plus avec un mea culpa… qui chasse sur les terres rances du tout-sécuritaire et de l’islamophobie : « On n’a pas été suffisamment radical, voilà ma conviction. Pas suffisamment radical sur la sécurité, sur la petite délinquance qui pourrit la vie des gens, sur l’islam radical qui a livré une guerre sournoise, insidieuse, à la culture française, sur la rémunération nette des salariés… »

Des mesures d’urgence et de rupture

L’union de la gauche leur fait peur. Elle a créé une dynamique : des dizaines de milliers de personnes, de partis, de syndicats ou d’associations, ont recommencé à se parler et à agir ensemble, dans les quartiers populaires, avec l’objectif de dégager Macron et sa politique, et de faire barrage à l’extrême droite.

La gauche unie met en avant des mesures d’urgence contre la régression sociale : le blocage des prix des biens de première nécessité dans l’alimentation, l’énergie et le carburant, l’augmentation du SMIC à 1 600 euros, l’abrogation de la réforme des retraites, aller vers une réduction du temps de travail à 32 heures, taxer les plus riches et les gros héritages, faciliter l’accès aux visas pour les étrangerEs et créer une agence de sauvetage en mer et sur terre pour les migrantEs, garantir la reprise du processus de décolonisation en Kanaky/Nouvelle-Calédonie, sanctionner le gouvernement israélien…

Ces mesures sont un point d’appui face au déluge d’attaques contre les classes populaires orchestrées par la macronie et face à la politique raciste, passéiste annoncée par le Rassemblement national.

Obtenir une victoire du Nouveau Front populaire

Gagner nécessite l’action de toutEs celles et ceux qui sont attachéEs à la protection sociale, à la solidarité et à la démocratie. Notre meilleur outil est l’action collective. C’est pourquoi le NPA-l’Anticapitaliste participe à la campagne et cherche à construire les collectifs locaux du Nouveau Front populaire. Pour gagner et aussi pour rester mobiliséEs. Car, que l’on gagne l’élection ou pas, il faudra de toute façon construire un rapport de forces, que ce soit contre le grand patronat, la droite ou l’extrême droite, pour imposer notre programme.

Face aux crises multiples que génère ce système, il est nécessaire de faire face au danger néofasciste, aux capitalistes et au personnel politique à leur service, pour construire une autre société, écosocialiste, débarrassée de l’exploitation et des oppressions. C’est cette perspective radicale et militante que nous entendons porter au sein du Nouveau Front populaire.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 13 juillet 2024