Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Communiqués, conférences, réunions > NPA 09 > CHRONIQUES D’UNE COMMUNE ORDINAIRE (10)

CHRONIQUES D’UNE COMMUNE ORDINAIRE (10)

LE TROU, TOUJOURS :

Le trou de l’ « ex-future piscine » est toujours là, entouré de fragiles barrières décorées d’un arrêté municipal assurant de la sécurité du chantier ...
En réponse à ma lettre à Madame la Préfète de l’Ariège, j’ai reçu une réponse du Directeur départemental des Territoires ( au nom de la préfète) qui écrit, entre autres :
" ... vous avez attiré mon attention sur des travaux de terrassements pour une piscine entrepris par la municipalité de Laroque d’Olmes sans autorisation d’urbanisme préalable.
J’ai l’honneur de vous informer que mes services prennent en compte cette information et lui donneront les suites nécessaires.« Mais aussi, montrant qu’il y a une suite juridique à l’affaire : »En application de l’article 11 du code de procédure pénale relatif au secret de la procédure au cours de l’enquête et de l’instruction, mes services ne pourront vous communiquer aucune information complémentaire".
Ce courrier est daté du 12 juin 2018.

PERMIS LIDL :

Une demande de recours gracieux contre le permis de construire de « LIDL » dans la zone agricole de Magnac a été engagée par le Comité Ecologique Ariégeois (CEA).
A suivre.

DÉCHETS : HALTE À LA CULPABILISATION !

Il est question de la taxe incitative pour les déchets.
Taxe qui va amener une ouverture au privé des déchets ménagers ariégeois et qui n’est incitative qu’en partie ...
Qui produit les déchets ?
C’est toujours le citoyen qui serait responsable. Oui, en partie, mais le citoyen n’est que le reflet d’une société du gaspillage et du « tout jetable ». Le déchet restant une mine d’or pour bien des grandes entreprises.
A Laroque nous avons un exemple récent : « Mc Do » !
La photo ci-dessous prise sur le plateau du Castella est signficative. Les « citoyens-consommateurs » ont bien rangé dans ( et près de ) la poubelle les déchets produits par la marque de Ronald. Pas de tels déchets dans un restaurant « normal »...

En 2009, nous avions, avec la municipalité, apporté des explications et pris certaines mesures comme un service d’échange gratuit par l’intermédiaire du site internet de la mairie.
Article de « La Dépêche » du 25 mai 2009 :

https://www.ladepeche.fr/article/2009/05/25/611558-laroque-d-olmes-pourquoi-et-comment-vider-ses-poubelles.html

Qui paye ?

Un autre problème de la taxe incitative est celui des bacs individuels et des bacs collectifs.
Laroque d’Olmes a été une des communes expérimentales pour les bacs individuels, mais quand et comment le bilan en a-t-il été tiré ? On ne le sait pas et ce n’est pas en collaboration avec la population .
Quel sera le sort des personnes qui ne peuvent disposer d’un bac individuel car vivant dans un centre ancien aux rues trop étroites pour le passage des camions de collecte ( c’est mon cas ) ou dans un immeuble collectif ?
Quelle égalité devant l’impôt (ou la taxe ) ?
Je limite mes déchets, je composte, je réutilise, je recycle, je trie, mais dans ma commune expérimentale où les bacs individuels devraient être partout, voici ce que j’ai devant chez moi :

Et les puces ?

Les bacs individuels sont dotés de puces électroniques. Bravo le coût et l’espionnage ! Et si nous allions voir ailleurs. Dans certains cantons suisses, par exemple, il faut acheter un sac spécial, taxé, qui est le seul ramassé par les éboueurs. Moins on utilise de sacs, moins on paie. Quand au « civisme », ça s’apprend également surtout si l’exemple du non-gaspillage est donné « en haut » comme on dit...

Jean-Charles Sutra.

SPIP 3.2.0 [23778] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le samedi 30 juin 2018